Difficile dans notre société occidentale hypersexualisée d'imaginer un manque d'intérêt pour les rapports intimes. Certains se revendiquent asexuels, mais sont minoritaires et la majorité d'entre eux ont déjà expérimenté les plaisirs de la chair. Au Japon, ce n'est pas le cas. Et même qu'un trentenaire sur quatre est encore puceau, selon une étude menée par l'Institut national de recherche sur la population.

Parmi les pays industrialisés, ils semblerait donc que les habitants du Pays au soleil levant se distinguent par une vie sexuelle bien moins active. D'ailleurs, à peine 30% d'entre eux perdent leur virginité avant 20 ans contre 80% des Allemands par exemple. Aussi, d'après un rapport du planning familial nippon, la moitié des Japonais de 16 à 49 ans avoue n'avoir pas fait l'amour depuis un mois.

© REPORTERS

Pourquoi le "ekkusu shinai shokogun" envahit-il le Japon?

Ce phénomène, les Japonais le nomme "ekkusu shinai shokogun", c'est-à-dire "le syndrome du célibat". Le sexe ne semble pourtant pas absent dans ce pays où une fête est dédiée au pénis, l'industrie du porno est fleurissante, les mangas sont remplis de scènes coquines, etc. Alors pourquoi? L'AFP a interrogé plusieurs experts. Il semblerait que la cause principale soit liée à l'économie. "Beaucoup d'hommes semblent avoir perdu leur confiance sexuelle avec l'émasculation économique", explique Yoko Itamoto, une spécialiste du marché matrimonial. "Ces vingt dernières années, la situation a été très difficile, très compétitive, pour eux, confrontés à des emplois précaires", ajoute-t-elle.

A cela, on ajoute le fait que les Japonais doivent désormais se débrouiller seuls pour rencontrer leur compagne ou compagnon de vie. Auparavant, des codes matrimoniaux stricts et ritualisés régulaient la vie de couple, jusqu'aux relations sexuelles. Aujourd'hui, ils doivent compter sur eux-mêmes, mais aussi sur le ou la partenaire. C'est pour cette raison que Shingo Sakatsume a fondé la "Virgin Academia", rapporte l'AFP. Ici, on aide les personnes qui rencontrent des blocages sexuels. Des conférences sur la manière d'avancer en couple sont également proposées. Mais pour certains, la timidité est tellement ancrée et les ruptures compliquées à assumer qu'ils sont toujours vierges à 50 ans. Dans un pays puissant à la population vieillissante, le constat est plutôt inquiétant.