Les débuts d’une relation sont souvent enflammés, heureux et sereins. C’est ce que je vous souhaite en tout cas. Une fois la magie et la chimie du début passées, les critiques commencent et ce qui nous faisait fondre au départ, devient nos pires agacements. Voyons ensemble ce que cela cache et ce qu’il faut faire pour se sortir de là.

La chronique de Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel.


Faux départ

Si dans certaines relations la volonté de changer l’autre vient avec les premiers agacements, il y a des relations où dès le départ l’un des partenaires se dit : « Avec le temps, je réussirai à le changer. » Vous entendez l’arbitre sonner le faux départ ?

Si dès le début quelque chose vous énerve, n’investissez pas la relation en espérant (ou en attendant) que l’autre change. Cela vous évitera bien des frustrations. D’abord parce que pour que l’autre change, il faut qu’il soit conscient d’un éventuel problème. Ensuite, il faut qu’il ait envie de changer. Ce n’est qu’à ces conditions que le processus de changement peut s’enclencher.

Si vous mettez plus d’énergie que votre partenaire dans ce processus, vous allez vous fatiguer et finir par agacer l’autre.


N’envoyez pas le mauvais message

© Reporters

Mettez-vous un instant à la place de l’autre. Que pensez-vous qu’il ressent lorsque vous manifestez votre envie qu’il change ? Il reçoit le message qu’il n’est pas "bien" et ça, pour l’estime de soi, ce n’est pas l’idéal.

À force d’envoyer à l’autre un message de changement, il va finir par se remettre trop en question et ne plus se sentir en confiance dans votre couple. N’est-ce pas confortable d’avoir l’autorisation d’être soi au sein de son couple ?

La relation que vous construisez ne peut pas se développer sainement et durablement si c’est « à condition que l’autre change ». À moyen ou à long terme, cela vous reviendra comme un boomerang.


Distinction entre changer et s’adapter

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne suis pas en train de vous donner une bonne excuse pour ne pas vous adapter ou pour ne pas mettre du vôtre dans la construction de votre relation.

Mais il y a, je pense, une différence fondamentale entre s’adapter mutuellement et vouloir changer l’autre.

Evidemment qu’une relation est faite d’adaptation et de "réglages". Plus on apprend à se connaître, plus on peut justement faire en sorte que la relation soit équilibrée et que tout le monde s’y retrouve. Mais vouloir changer l’autre, c’est une façon de prendre le contrôle et le pouvoir sur lui. Donc de créer une relation déséquilibrée qui n’a que peu d’avenir.


Ni sauveur, ni thérapeute

Il est important d’avoir en tête que vous n’êtes ni le sauveur, ni le thérapeute de votre partenaire. Si soutien, appui, bienveillance et respect sont évidemment indispensables pour que la relation perdure, prendre la position de sauveur ou de thérapeute de son/sa partenaire n’est pas une bonne idée. Si c’est votre cas, interrogez-vous sur vous-même. Nous y reviendrons.

Vous n’êtes pas là pour le/la soigner. Vous pouvez constituer un appui, offrir un amour qui fera en sorte que l’autre se sentira suffisamment aimé et entouré pour "changer" ce qu’il veut changer. Mais pas être le moteur de ce changement, vous me suivez ?

La seule personne sur laquelle vous avez du pouvoir, c’est sur vous-même. Alors travaillez plutôt à accepter l’autre tel qu’il est plutôt qu’à le changer.


Peut-être est-ce un moyen de ne pas voir la poutre dans votre œil ?

© Reporters

Nous le savons, nous n’attirons pas les personnes par hasard. L’autre est aussi le reflet d’une part de nous-même. Peut-être, donc, qu’en voulant changer l’autre, c’est vous-même que vous voulez changer. Posez-vous la question : ce qui vous agace chez l’autre... qu'est-ce que cela dit de vous ?

Par exemple, vous Mesdames qui râlez très souvent sur ces messieurs parce qu’ils ne rangent jamais rien. D’abord, est-ce que c’est vraiment "jamais" ? Ensuite, qu’est-ce que cela vient chercher chez vous ? La peur d’être envahie ? Le sentiment de ne pas être respectée ? Serait-ce un problème de territoire ? Trouver la réponse à cette question vous permettra de prendre de la distance avec ces agacements. Et surtout, cela vous permettra de travailler ce qui, en vous, fait que telle ou telle chose vous agace.

L’autre n’est pas là pour combler vos attentes personnelles et combler tous vos manques. Cette partie-là vous appartient.


La solution ? Communiquer

Si certaines choses vous agacent, vous blessent, vous attristent chez votre partenaire, n’hésitez pas à lui exprimer. Le truc c’est de ne rien exiger ! Expliquez ce que cela provoque comme sentiment chez vous, quels sont les besoins qui se cachent derrière. Trouvez ensemble des solutions afin que les deux parties soient satisfaites. L’un parce que l’autre a entendu sa demande, l’autre parce qu’il sera heureux de s’investir dans la relation librement et pas parce que l’autre a une exigence.

Si aucune alternative n’est possible, si l’autre refuse ou se sent incapable de s’adapter, peut-être qu’il faut penser à changer de partenaire…

À la semaine prochaine. www.juliearcoulin.com - Suivez-moi sur Facebook