Être heureux, cela s'apprend. Et il semblerait qu'en la matière, les femmes de notre pays soient sur la bonne voie. Par une enquête, réalisée auprès de 500 Flamandes et Wallonnes de 25 à 64 ans, Kellogg's a souhaité apprendre à mieux nous connaître. Des résultats analysés par la sexologue et thérapeute Mieke Mievis.

Ce que les Belges cherchent avant tout, c'est l'équilibre. Elles tentent donc un maximum de concilier les différents aspects de leur vie pour ne rien perdre. Avoir une famille reste une priorité, mais l'épanouissent personnel aussi. Côté bien-être, les femmes de notre pays sont d'un naturel optimiste, loin d'être complexées, en accord avec elles-mêmes et les autres. Et en ce qui concerne l'amour, la fidélité est essentielle dans le couple, mais vis-à-vis de soi-même également.

Des femmes fortes et engagées

Les Belges se reconnaissent au travers de valeurs telles que l'intelligence, la sensibilité et l'engagement. D'ailleurs, leurs modèles féminins sont des personnalités comme Angelina Jolie, Aung San Suu Kyi ou encore Michelle Obama. « Il est certain que nous ne nous réveillerons pas demain au côté de Brad Pitt. Par contre, nous nous reconnaissons toutes comme des femmes impliquées et fortes, de bonnes mères qui continuent à développer leurs talents professionnels avec le soutien de leur partenaire », explique Mieke Mievis.

Rester fidèle à soi-même

L'amour est un sentiment important pour être heureuse, que ce soit au sein de la famille ou en couple. Et la condition principale pour y parvenir, c'est de rester fidèle à soi-même (91%). La moitié d'entre elles basent leur relation sur la confiance envers leur partenaire, mais envers elles-mêmes également. La sincérité est également essentielle (37%) ainsi que l'entraide (34%).


© REPORTERS


Des valeurs familiales traditionnelles bien ancrées

Les enfants sont la première source de bonheur de 40% des femmes interrogées. Viennent ensuite le couple (24%) et la vie personnelle (19%). C'est le rituel du repas que les mamans préfèrent (70%). Les Belges attachent d'ailleurs beaucoup d'importance aux valeurs familiales traditionnelles. Mais, la « cool attitude » semble le mot d'ordre principal: des règles souples, un espace de partage et de liberté où chacun peut se développer. « Parmi les aspects de notre vie qui nous rendent heureuses (travail, santé, temps pour soi…) la famille et les relations sont les principales sources de plaisir (...) A nous de prêter attention à chaque petit moment et de les gérer consciemment car ils sont une grande source de bonheur », suggère la thérapeute.

Le travail, une fierté difficile à combiner avec la vie

Pour trois femmes sur quatre, le travail, c'est une fierté! Il est source d'inspiration et passion pour 70% d'entre elles. Mais, il représente tout de même pas mal de stress (65%) et malheureusement est perçu comme routinier par la majorité (61%). Seules 29% des personnes interrogées cherchent à gravir les échelons coûte que coûte. Parce que trouver un équilibre entre la vie professionnelle et privée reste essentiel pour la majorité, surtout les 25-45 ans. « L’ambition rend heureux, l’envie en revanche pas du tout. Poursuivez vos propres objectifs et non ceux que les autres vous ont fixés et, encore moins, ceux que « la société » attend de vous. Vous savez qui vous êtes et ce que vous pouvez réaliser ! Vous seule connaissez les circonstances dans lesquelles vous devez vivre au quotidien », conseille Mieke Mievis.

Jamais sans les amis!

Si la famille et le partenaire restent essentiels au bonheur des Belges (56%), l'amitié, c'est surtout un soutien, un refuge. Elles sont 95% à l'associer à des valeurs telles que le plaisir et la joie. Compter sur ses amis, surtout lors des coups durs, c'est précieux. 


© REPORTERS


Les Belges plutôt bien dans leurs baskets

Plus de la moitié d'entre elles se décrivent comme honnêtes et douces. Les Belges semblent heureuses, mais constamment à la recherche de cet équilibre dont elles rêvent. Elles profitent pleinement de l'instant présent. Les plus satisfaites de leur vie sont les 36-55 ans. Elles prennent d'ailleurs plus de temps pour elles. En Flandre, ces moments se tournent plutôt vers le shopping (48%) ou les promenades dans les bois (43%). Tandis qu'en Wallonie, les femmes adorent lire (53%) et rêvasser ou se reposer (48%). Les plus jeunes (25 à 35 ans) ont par contre l'impression de vivre dans la routine. « Généralement, le temps pour soi se trouve dans de petites choses: un coup de téléphone à votre meilleure copine pendant que vous faites la vaisselle, courir sur votre tapis de course en regardant votre série préférée à la télé... Et, si vous pensez que le temps d’attente est du temps perdu, il suffit d’ouvrir un livre pour que l’attente devienne du temps pour vous », explique la thérapeute. Bref, en supprimant des phrases telles que « J’aurais dû, mais ... » ou « Et si ... » ou « Qu’est-ce que les gens vont penser si ... », la vie serait déjà bien plus évidente, et d'autant plus lorsqu'on profite des moments de bonheur qu'elle apporte, conclut-t-elle.