Bien-être Est-ce une affaire d’apparence physique, de charisme ? La question a été abordée au dernier Café-sexo de l’ASBL Tout Sex’prime à Auderghem.


19h15. Une coupe de cava en main, Nicole Decuyper et Catherine Blondiaux préparent la séance. Les deux sexologues et thérapeutes de couple ont veillé à créer une atmosphère décontractée à l’étage du restaurant "Le Trac" d’Auderghem. Dans la pièce aux murs de briques rouges, des fauteuils chesterfield en cuir entourent la table basse sur laquelle sont disposées une quinzaine de languettes de papier. Un feu brûle dans l’âtre et dispense une lumière orangée. "C’est ici la conférence ?", interroge une dame en passant la tête par l’embrasure de la porte. "Le Café-sexo ?", répond Nicole Decuyper avant d’ajouter avec un sourire franc : "qui n’est pas une conférence… Oui c’est ici, entrez, entrez !" Ils seront huit au total à être présents dont un habitué qui vient depuis les tout premiers cafés bruxellois, en 2017. Et si la thérapeute précise qu’il ne s’agit pas d’une conférence, c’est parce qu’elle ne compte pas tenir le crachoir pendant l’heure et demie que durera la rencontre. Les deux professionnelles posent le cadre et réorientent la discussion mais chacun, s’il le souhaite, est mis à contribution.

Prenez-vous un râteau

Et rapidement, le débat se lance. Chaque participant pêche une languette sur la table et lit la phrase qui y est inscrite. "Les hommes séduisent plus par leur réussite, leur lifestyle et leur aisance sociale, les femmes par leur physique", énonce une participante. Certains approuvent, d’autres non. Catherine Blondiaux intervient avec des conseils : "Ce qui me semble important pour séduire - peu importe le sexe - c’est surtout de pouvoir identifier ses atouts. Une fois que c’est fait, on peut commencer à en jouer !"

Et les deux sexologues continueront à distiller des trucs et astuces tout au long de la rencontre. "Certaines personnes ont du mal à séduire parce qu’elles ont une terreur du rejet", explique Nicole Decuyper. "Il existe une technique qui fait partie des thérapies comportementales, c’est de s’obliger à se prendre des râteaux. Ça donne de très bons résultats !" Car il faudra se rendre à l’évidence : on y survit. "Certains essayent et finissent même par se rendre compte qu’ils n’y arrivent pas parce que le feeling passe trop bien", ajoute Catherine Blondiaux.

Tout Sex’prime, un nom approprié

Cette séance-ci, le Café-sexo n’approfondira pas d’aspect sexuel en tant que tel. Il restera toutefois dans le domaine du relationnel et de l’humain, en continuité avec l’objectif de l’ASBL Tout Sex’Prime : déconstruire les clichés, parler sans tabou et en toute confiance avec des professionnels.

Les Café-sexo ne sont pas des groupes thérapeutiques mais un lieu où chacun (de 18 à 88 ans) peut accéder à une information de qualité sans passer par un rendez-vous chez un thérapeute ou un médecin. Les sujets vont de l’utilisation des sex-toys à la problématique de l’infidélité en passant par l’utilisation des applications de rencontre. "La sexualité est essentielle au bien-être - je le vois bien dans le cadre de mes consultations - et il est temps qu’on puisse en parler plus librement", résume Nicole Decuyper.

> Infos : www.toutsexprime.com