La peur du grignotage, du manque d'activité physique fait pencher la balance vers un petit régime ? C'est surtout le moment de prendre conscience de ce que l'on mange, estiment des spécialistes.

L'heure est grave, tout fait peur. Et pour certains, la peur de grossir s'invite aussi par manque d'activité physique, par la tentation du grignotage à cause du stress et du confinement entre quatre mur. Tentant pour certain le "petit" régime pour contrer les kilos qui pourraient s'empiler. Et pourtant, la nutritionniste Sophie Deram confiait récemment à l'Obs : " Restreindre son corps, le priver de manière stricte et stressante avec l’objectif de maigrir, ce n’est vraiment pas le moment : un corps qui maigrit de manière rapide stresse tout le métabolisme. Posons-nous aujourd’hui la question de nos priorités : entrer dans son maillot pour la plage ou renforcer son immunité en mangeant mieux ?"

Pascale Naessens, qui s'est penchée depuis des années sur les façons de s'alimenter et en a tiré une méthode qu'elle décline dans des livres de recettes, alerte de la même façon : "l'heure est venue de s'attaquer à l'essentiel".

Des personnes vont essayer de se restreindre, "faire régime" par peur de grossir dans cette période de moindre activité et de stress, est-ce recommandé ?

Je pense que vous devriez profiter de cette période afin de vivre plus consciemment. En raison de ces restrictions, la plupart des gens ont plus de temps pour eux. Une excellente occasion d'examiner sa façon de manger et de s'attaquer à l'essentiel
La restriction n'est jamais une bonne chose et elle est vraiment contre-productive. Beaucoup de gens ont vraiment besoin de manger différemment. Beaucoup moins de glucides (rapides), c'est ce que j'appelle la nourriture industrielle : pain d'épices, pain ordinaire, pâtes, pizza, boissons gazeuses, biscuits ... Mais j'inclus aussi les frites, les pommes de terre, le riz, etc.
Franchement, nous vivons dans un monde d'abondance (maintenant peut-être que cela va changer ?), la plupart d'entre nous sont suralimentés. Tous ces glucides rapides fournissent principalement des calories vides, ils nous font grossir, nous rendent dépendants et malades. Je ne dis pas que nous devrions manger beaucoup moins, mais il devrait y avoir plus de qualité, plus d'aliments frais, des aliments qui ont été transformés le moins possible, directement de la nature à la cuisine. C'est là la nourriture qui nous nourrit vraiment et qui nous indique que nous en avons assez.

Comment repenser ses repas alors ?

Beaucoup de gens se perdent dans les glucides (rapides), n'en ont jamais assez et en deviennent dépendants. Ce n'est pas le cas des aliments naturels : légumes, fruits, poisson, viande, noix, graines, yaourt ...
Je suggère donc à ceux qui ont des problèmes avec leurs habitudes alimentaires de saisir cette opportunité et de changer leurs habitudes alimentaires. Si vous le faites principalement en cuisinant avec des aliments frais, vous verrez que vous pouvez en manger beaucoup. Ce n'est pas tant une question de quantité, mais de ce que vous mangez. Personne n'a faim avec ma façon de manger !
Au contraire, on a l'impression de retrouver un rythme perdu. Beaucoup de gens réagissent d'ailleurs en me disant : « Si seulement j'avais su cela avant ! ». Nourrissez bien votre corps et il fera ce qu'il doit faire. C'est-à-dire vous donner de l'énergie, vous protéger et surtout vous rendre heureux.
Concentrez-vous sur ce que vous avez le droit de manger plutôt que sur ce que vous n'avez pas le droit de manger. Procurez-vous tous les délicieux ingrédients frais de la maison et faites-vous plaisir avec vos talents de cuisinier et surtout, profitez de tous ces délicieux aliments frais. Vous verrez que vous n'aurez pas faim et que vous aurez moins envie de sucreries.