L'octogénaire à l'origine de la restauration du Christ de Borja réclame ses royalties

Souvenez-vous de cette affaire de Christ défiguré. Devant l'engouement populaire, l'artiste attaque l'église en justice.

L'octogénaire à l'origine de la restauration du Christ de Borja réclame ses royalties
rédaction en ligne

Le feuilleton du Christ de Borja continue de plus belle. Souvenez-vous de cette octogénaire qui avait tenté de ressusciter ou du moins de restaurer une peinture murale représentant le Christ dans la commune de Borja en Saragosse. Le résultat avait été dramatique, avait fait le tour de la toile voici un bon mois déclenchant moqueries et quolibets à l'encontre de la restauratrice, qui tentait de se défendre comme elle pouvait.

Figurez-vous donc que l'aventure est loin d'être terminée pour la commune, son église et sa peinture. Une foule de touristes se presse chaque jour pour admirer l'oeuvre, tant et si bien que la fondation qui gère le lieu a décidé de rendre payant l'accès explique le huffingtonpost.fr. Il faut dire que l'affaire est rondement menée et qu'après quatre jours cette fondation a déjà récolté le joli bénéfice de 2000 euros.

Inutile de vous dire qu'artiste ou non, l'octogénaire à l'origine du buzz, Cécilia Gimenez, entend bien toucher ses royalties. Devant le refus de l'église, elle s'engage en justice armée de plusieurs avocats. La bataille s'annonce serrée et l'issue incertaine. Pour l'heure en tout cas le Christ n'a retrouvé ni son nez ni sa bouche sous sa tonsure hirsute qui fait le bonheur des curieux.