Chine: des canards contre la censure

Le 4 juin 1989, la place Tian'anmen de Pékin (Chine) était le théâtre d'une répression inouïe. 24 ans plus tard, les autorités chinoises passent cet événement sous silence. Certains parviennent toutefois à contourner la censure.

Rédaction en ligne
Chine: des canards contre la censure
©Weibo

Le 4 juin 1989, la place Tian'anmen de Pékin (Chine) concentre l'attention du monde entier. Ce jour-là, l'armée, sur ordre du parti communiste chinois, met fin avec violence à un mouvement démocratique d'opposition au pouvoir.

Cette répression, dont aucun bilan officiel n'a filtré, aurait fait de quelques centaines à quelques milliers de morts. 

24 ans plus tard, ce chapitre douloureux de la Chine est toujours complètement ignoré par l'histoire officielle et les commémorations interdites. Le gouvernement n'hésite d'ailleurs pas à prendre un tas de mesure pour maintenir une chape de plomb sur l'événement: blocages de mots clés sur internet, détournement vers d'autre sites... Ce silence forcé n'empêche pourtant pas les citoyens de s'exprimer.

Chaque année, ils trouvent des parades pour contourner la censure. Le site d'information français Rue 89 rapporte cette idée plutôt originale, issue du site chinois de microblogging, Weibo.

Les internautes ont détourné la photo devenue emblématique de Tien'anmen. Les chars sont remplacés par des canards jaunes en caoutchouc. L'idée leur est venue suite à l’apparition d’un véritable canard flottant géant il y a quelques jours dans les eaux du port Victoria de Hong Kong. Il s'agissait d’une performance artistique de l’artiste hollandais Florentijn Hofman.

Sur le même sujet