Un photographe prodige viré... à cause de Photoshop

Narciso Contreras a vu sa collaboration avec l'agence AP stoppée... pour avoir falsifié une photo.

Un photographe prodige viré... à cause de Photoshop
©Narciso Contreras
A. He.

Photoshop peut être fatal ! Et pas seulement pour des infographistes qui torturent des icônes de la mode à coups de pinceau, mais également pour des photoreporters partis en Syrie. Narciso Contreras a fait les frais d'une utilisation illicite du logiciel de retouche sur l'un de ses clichés pris dans le village de Telata. Sur la photo, prise le 29 septembre dernier, on découvre un combattant rebelle se cacher derrière un mur afin d'éviter des tirs ennemis.

     

La prise de vue est parfaite. Normal, Contreras est un petit génie de la photographie. Le Mexicain fait en effet partie des vainqueurs du prix Pultizer, remis en avril 2013. Vraiment parfaite, la photo ? En réalité, un détail chiffonne le journaliste: la présence d'une caméra appartenant à un collègue sur la droite. Contreras décide donc de recourir à Photoshop pour effacer toute trace de l'appareil, afin de parfaire son oeuvre. Mais en utilisant ce procédé, le photographe signe son arrêt de mort. En effet, comme le mentionnent nos collègues de Rue 89, les règles sont claires du côté de l'Associated Press: "Le contenu d'une photo ne peut pas être changé via Photoshop ou tout autre moyen. Aucun élément ne peut être ajouté ou soustrait de façon digitale" , peut-on notamment lire dans la charte éditée par l'AP. Une erreur que le coupable avoue à son éditeur. Résultat, Narciso Contreras doit dire "adios" à sa collaboration avec la prestigieuse agence.

Montage Rue89.com - Narciso Contreras


"J'ai honte, j'ai pris la mauvaise décision" , déclare-t-il dans un communiqué de l'agence. "Vous pouvez cependant passer les archives en revue, c'est l'unique fois où je l'ai fait" . Contreras se justifie en évoquant le stress intense inhérent à la situation et "est prêt à en assumer les conséquences" . La première est donc cette fin de collaboration brutale entre lui et l'AP. Du côté de l'agence, on cherche à protéger sa réputation contre les faussaires. "Nous réagissons vigoureusement quand elle est ternie par une violation de notre code éthique" , indique-t-elle dans son communiqué.

Manque de tolérance de la part de l'agence américaine ? Stupidité de la part du photographe ? Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. Narciso Contreras, lui, voit sa réputation sérieusement entachée à cause de cette manipulation. Et ça, aucun logiciel ne pourra jamais l'effacer.

Sur le même sujet