Le patron d'Amazon suggère d'envoyer Donald Trump dans l'espace

L’homme d’affaires, qui est à la tête d’un véritable empire, a récemment attaqué Amazon sur Twitter en accusant la plate-forme de commerce en ligne de ne pas payer ses impôts. Jeff Bezos, le boss d'Amazon, a directement répondu au candidat américain... d'une manière plutôt osée.

Rédaction web avec AFP
Trump
©capture écran Twitter

Donald Trump, le milliardaire qui part favori dans les sondages pour les primaires républicaines de 2016, fait beaucoup parler de lui cette semaine, surtout lorsqu'il déclare qu’il souhaite ficher tous les musulmans et ne plus vouloir les laisser entrer aux Etats-Unis. Il s'est aussi moqué d’un journaliste handicapé lors d’un discours.


Bref, Trump ne rate jamais une occasion pour se faire entendre et, souvent, faire de ses déclarations de véritables bombes médiatiques.

L’homme d’affaires, qui est à la tête d’un véritable empire, a récemment attaqué Amazon sur Twitter. “Le Washington Post, qui est un gouffre financier, est détenu par Jeff Bezos dans un seul but : réduire les impôts payés par sa société sans but lucratif: Amazon. Si Amazon devait payer un jour des impôts, ses actions s’écraseraient et la société s’effondrerait comme un château de cartes. Le Washington Post lui permet donc de survivre”, a écrit le candidat américain.

Jeff Bezos, le PDG de la plate-forme d’e-commerce, s'est senti directement visé et a donc décidé de répondre lui-même à Donald Trump, avec une réponse des plus inventives qui soient. En effet, le patron d’Amazon suggère de se débarrasser du milliardaire en l’envoyant, tout simplement, dans l’espace. Il a même ajouté à sa réponse une vidéo de sa propre société, Blue Origin, dont la fusée est "réutilisable" après un premier lancement.

Cette petite guerre virale, dont font l'objet deux personnalités fortes de l'économie mondiale, a évidemment entraîné de vives réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias. Les internautes reprennent le hashtag #sendDonaldtospace et les plus courageux réalisent même des photomontages de Donald Trump dans l'espace.

Voyez plutôt ce qu'il s'est passé sur Twitter entre les deux hommes:




Et ce que cela inspire aux internautes...



"Plus méchant que Voldemort" : Donald Trump critiqué en Grande-Bretagne

"Mauvais, inutile" et "plus méchant que Voldemort" : du Premier ministre David Cameron à l'auteur d'Harry Potter, de nombreuses personnalités britanniques ont critiqué mardi la proposition de Donald Trump d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis.

Le Premier ministre est en "total désaccord" avec cette proposition qu'il juge "tout simplement mauvaise, inutile et de nature à semer la discorde", a déclaré un porte-parole du chef du gouvernement britannique.

Donald Trump, en tête des sondages pour les primaires républicaines en vue de la présidentielle de 2016, a appelé lundi à barrer aux musulmans l'entrée aux Etats-Unis.

"J'ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu'il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer", a expliqué Donald Trump, ovationné en meeting en Caroline du Sud, quelques heures après avoir annoncé dans un communiqué qu'il souhaitait fermer les frontières des Etats-Unis aux musulmans "jusqu'à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème".

Les condamnations politiques ont immédiatement plu aux Etats-Unis et dans le monde.

Le maire de Londres, Boris Johnson, a, quant à lui, qualifié d'"idiotie totale" et de "ridicules" les propos de Donald Trump selon lesquels certains quartiers de la capitale britannique étaient si radicalisés que les policiers y craignaient pour leur vie.

"La seule raison pour laquelle j'éviterais certains quartiers de New York est le risque réel d'y tomber sur Donald Trump", a ajouté le maire.

J.K. Rowling, à qui l'on doit le personnage d'Harry Potter, a également choisi l'humour pour réagir aux propos de Donald Trump en écrivant sur Twitter : "Quelle horreur. Voldemort (le sorcier maléfique de la saga Harry Potter) était très loin d'être aussi méchant".