Tu t'es vu(e) sur Facebook?

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui une réalité incontournable. Non pas parce qu’il faut y être à tout prix, mais parce qu’ils font parler d’eux à tout instant. Alors, autant savoir qui y est et comment il convient d’y paraître si le besoin s’en fait sentir.

Tu t'es vu(e) sur Facebook?
©reporters
Charles Van Dievort

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui une réalité incontournable. Non pas parce qu’il faut y être à tout prix, mais parce qu’ils font parler d’eux à tout instant. Alors, autant savoir qui y est et comment il convient d’y paraître si le besoin s’en fait sentir.

De l'importance des bavardages

Les réseaux sociaux sont chronophages et inutiles parce que les conversations qu’on y mène et les messages qu’on y publie sont en général d’une superficialité totale. Combien de fois n’a-t-on pas entendu ce refrain ? Pourtant, à y regarder d’un peu plus près, ce qui se dit sur ces réseaux sociaux ne diffère pas fondamentalement de nos conversations quotidiennes avec notre entourage, qu’il s’agisse de notre conjoint, de nos enfants, de nos amis, etc. On parle de tout et de rien. Il y a à boire et à manger.

Croire que nos discussions dans la “vraie” vie ou sur les réseaux sociaux devraient toutes être intelligentes, profondes et efficaces, c’est oublier une fonction essentielle de la conversation qui est d’être un ciment social comme le rappelle Judith Donath de l’université d’Harvard. Pour l’ex-directrice du Sociable Media Group, spécialiste des questions d’identité, “ce que l’on fait sur ces sites (les réseaux sociaux, NdlR) consiste plutôt à passer un peu de temps, à montrer qu’on fait attention à l’autre, qu’on pense à lui”. Avouons que par les temps qui courent, ce n’est pas un luxe.

Responsabilité, bon sens et modération

Mais attention, vouloir créer du lien social par l’intermédiaire de nos bavardages numériques n’est pas sans risques. A trop vouloir en faire, on fini par exaspérer et être rejeté par l’autre… comme dans la vraie vie. Internet regorge d’articles, scientifiques ou moins, décrivant les comportements à éviter pour ne pas voir fondre comme neige au soleil le “capital amis” de son compte Facebook, par exemple.

A ce jour, le plus fréquenté des réseaux sociaux compte 1,55 milliard d’utilisateurs actifs par mois selon les deniers chiffres disponibles. Chacun d’eux est évidemment totalement singulier, mais en grossissant les traits, on peut déterminer un certain nombre de profils types, ceux que l’on rencontre le plus souvent au gré de nos babillages digitaux. Ci-contre, nous vous en présentons dix. Sans prendre de risques, nous pouvons affirmer qu’ils s’invitent tous régulièrement sur votre page. Parfois ils vous font sourire, parfois ils vous agacent. Rien de bien différent en somme de notre cercle de connaissances rencontrées au travail ou à la terrasse d’un café. Alors, sur les réseaux sociaux comme ailleurs, faites preuve de responsabilité, de bon sens et de modération. Ne tirez pas toute la couverture à vous, tendez l’oreille pour écouter l’autre. Bref, vivez normalement.


Découvrez le dossier complet dans le supplément Quid de ce samedi.


Découvrez le dossier complet dans le supplément Quid de ce samedi

Sur le même sujet