Le pok-ta-pok, l'ancêtre du basket-ball

Les origines du sport qui a vu naître Michael Jordan, Kareem Abdul-Jabbar, Magic Johnson ou encore Lebron James, prennent racine dans la civilisation maya.

Rédaction en ligne
Le pok-ta-pok, l'ancêtre du basket-ball
©D.R.

Les origines du sport pratiqué par Michael Jordan, Kareem Abdul-Jabbar, Magic Johnson ou encore Lebron James, prennent racine dans la civilisation maya.


Au commencement, le jeu dont le basket-ball est directement inspiré portait le nom de pok-ta-pok. Un nom particulier donné par les Mayas et faisant directement référence au bruit que faisait la balle en caoutchouc lorsqu'elle rebondissait sur le sol. Le jeu existe depuis plus de 3.500 ans et est toujours pratiqué dans la péninsule du Yucatàn, au sud-est du Mexique, par quelques tribus. Tant et si bien que le pok-ta-pok est devenu une véritable attraction touristique pour tous les curieux issus du monde entier. 

Les règles sont simples. Plusieurs joueurs s'affrontent sur le terrain. Le premier qui arrive à huit points décroche la victoire et est, en quelque sorte, immunisé. Pour marquer un point, il suffit que votre adversaire manque la balle et, pour en marquer trois, il vous faudra faire passer la balle en caoutchouc au travers de l'un des arceaux fixés aux murs. Pour ce faire, vous n'avez la possibilité de faire usage que de certaines parties de votre corps: les coudes, les genoux, les hanches et les fesses. 

Fort heureusement, les règles ont été légèrement adaptées depuis l'époque maya afin éviter que chaque match ne se termine en bain de sang. En effet, originellement le perdant était décapité en l'honneur des dieux.

Dans la culture maya, notons aussi que la pratique de ce sport s'effectuait à des fins divinatoires. Cela induit que chaque trajectoire prise par la balle donnait lieu à des interprétations. Les dieux communiquaient avec le monde des vivants, notamment par ce biais.