Le Max Mara Art Prize for Women récompense une artiste qui travaille sur le pouvoir de la famille

La maison italienne attribue tous les deux ans un prix d'envergure à une artiste contemporaine qui lui permet de partir pendant 6 mois en Italie au plus proche de ses intérêts artistiques. Emma Hart va travailler sur la famille.

Le Max Mara Art Prize for Women récompense une artiste qui travaille sur le pouvoir de la famille
©Thierry Bal
E.W.

La maison italienne attribue tous les deux ans un prix d'envergure à une artiste contemporaine qui lui permet de partir pendant 6 mois en Italie au plus proche de ses intérêts artistiques. Emma Hart, la sixième lauréate, va travailler sur la famille.


Max Mara, ses manteaux ultra chic, son style élégant et très "à la française" pour une maison italienne et... son soutien aux femmes artistes. En effet, la maison fondée en 1951 par Achille Maramotti attribue tous les 2 ans depuis 2005 le Max Mara Art Prize for Women. Ce prix prestigieux en collaboration avec la Whitechapel Gallery à Londres honore une artiste contemporaine basée au Royaume-Uni.

Un tremplin exceptionnel à la création puisque ce Prix permet à cette artiste de passer 6 mois en résidence d'artiste en Italie pour travailler sur un projet nouveau; libre de toute contrainte, financière et autres. « Nous soutenons les femmes artistes car, même si beaucoup de choses ont changé dans la condition féminine, nous savons tous qu'elles doivent se battre plus que les hommes pour défendre leur créativité. Notre prix est une façon de soutenir leur art et leur énergie, même si, au fond, c'est surtout l'occasion de vivre et de travailler en Italie », explique d'ailleurs Luigi Maramotti.

Les oeuvres qui naissent de cette demi-année créative sont exposées à Londres en mai de l'année suivante puis en Italie en octobre, au siège de la société, à Reggio Emilia à la Collezione Maramotti, qui rassemble plus d'une centaines d'oeuvres d'immenses artistes (Francis Bacon, Jean-Michel Basquiat, Francesco Clemente...).

Le Max Mara Art Prize for Women récompense une artiste qui travaille sur le pouvoir de la famille
©DR

La shortlist pour le prix : Ruth Ewan, Ana Genovés, Tania Kovats, Phoebe Unwin et Emma Hart


L'année dernière, on avait pu admirer les oeuvres de Corin Sworn qui était partie 6 mois l'année d'avant à la rencontre de la Commedia dell'Arte. Cette année, c'est Emma Hart qui a été choisie par le jury d'experts. Cette artiste de 42 ans partira donc en juin à Milan, Todi et Faenza pour une résidence où on lui facilitera l'accès à tous ses intérêts.

Emma travaille à partir de la céramique, la vidéo, la photographie et le son. Au centre de son travail : ses angoisses, ses difficultés, ses expériences et ses émotions qu'elle capte et déforme dans des installations pluridisciplinaires. Le projet qu'elle a proposé au Max Mara Art Prize for Woman est au coeur de son oeuvre et de sa vie : le pouvoir de la famille. En explorant la philosophie italienne unique et les traditions de la famille à travers des symboles, des biens et des objets, ainsi que des systèmes et des relations qui existent dans la culture italienne, Emma Hart veut explorer et exposer les hauts et les bas et les réalités quotidiennes de la vie familiale.

Pour Emma Hart, c'est une formidable parenthèse qui va s'ouvrir, elle qui a rarement quitté Londres : "Cela va me donner le temps et l'espace de créer de façon très intense, ce que je n'arrive malheureusement pas à faire d'habitude. Ce sera l'aventure d'une vie", a-t-elle conclu à la remise de son prix.


Sur le même sujet