La permaculture pour tous

La permaculture pour tous
©Reporters
Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur
Aujourd’hui plus que jamais, ce qu’on cultive et la manière dont on le cultive posent question. Les réponses sont multiples. La permaculture est l’une d’elles, pratiquée selon chacun, avec plus ou moins de souplesse. 

Fondé et défini au début des années 80, le terme recouvre un faisceau d’idées et d’approches permettant de façonner le monde de la manière la plus viable possible. Le cœur de la pensée permaculturelle réside dans le mot « vie ». Chaque être vivant qu’il soit utile ou non est respecté. L’essentiel étant de vivre en harmonie avec son environnement. Une vision du monde basée sur davantage de solidarité, de respect et de durabilité. Ce concept s’étend à bien des aspects de la vie. Cantonnons-­nous aux limites du jardin. 

La nature comme modèle 

Les jardins cultivés en permaculture sont avant tout comestibles, peuplés d’arbres, de fruits mais aussi de légumes et de fleurs. Ils remettent à l’honneur simple bon sens et sens de l’observation. Le but est d’enrichir le lieu avec un maximum de diversité et d’en occuper « tous les étages ». Imiter la forêt en mélangeant grands arbres, plus petits et buissons, chaque plante trouvant sa place et bénéficiant de la lumière qui lui est nécessaire. Le résultat peut paraître à l’œil du profane un peu désordonné voire
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité