Faire une chute, perdre ses dents : l'interprétation des rêves les plus courants

Les rêves intriguent, parfois au point de vouloir en décoder leur signification.

Faire une chute, perdre ses dents : l'interprétation des rêves les plus courants
Laurence Dardenne

Les rêves intriguent, parfois au point de vouloir en décoder leur signification. 


"Je fais une chute dans le vide, d’une maison ou d’une montagne"

"Le rêve de chute, par exemple au bord d’un précipice, ou de tomber au moment de l’endormissement, c’est une carence qui est signifiée", nous explique Tristan Moir, psychanalyste. "Chez l’enfant, cela signifie qu’il manque d’un support affectif, et souvent de la présence du père. Pour se développer, l’enfant a besoin d’une présence forte du père. S’il n’est pas là, il y a un grand vide affectif et l’individu a l’impression de manquer de base et donc de tomber. Pour les adultes qui font encore ce type de rêve, c’est aussi le signe d’une carence affective qu’ils n’arrivent pas à combler et qui restent bloqués à un stade de l’enfance où l’absence du père a été difficile pour eux et qui ont encore un manque affectif parental."


"Je perdais toutes mes dents." "Et moi, c’était mes cheveux."

Le rêve de la perte des dents est l’un des plus courants, nous dit l’onirologue et onirothérapeute Tristan Moir. "Cela indique une perte de vitalité. Lorsque nous rêvons que nous perdons nos dents, c’est que l’on est en stress, en perte d’énergie, en état de fatigue profonde. Cela veut dire : attention, on est en train de s’abîmer."

Quant à la perte de cheveux, "cela correspond à la perte d’idées", selon l’auteur du "Nouveau dictionnaire des rêves". "Les cheveux, c’est ce qui sort de la tête. Donc rêver que l’on perd ses cheveux signifie que l’on a une pénurie de pensées, que l’on devient moins créatif. Il y a aussi généralement une perte de vitalité."


"Je me perds dans un dédale de rues sans trouver d’issue"

Les gens qui se perdent dans un labyrinthe, une ville ou un dédale quelconque, "cela correspond à la recherche de soi et à la difficulté à se trouver soi-même au milieu des autres", affirme le psychanalyste Tristan Moir. "Comme dans certaines cathédrales, le labyrinthe représente l’accès à soi-même, au centre intérieur, au chœur. Lorsque le labyrinthe est vécu de façon angoissante dans un rêve, cela signifie qu’une personne n’arrive pas à accéder à elle-même et n’accédant pas à sa vraie personnalité, elle a du mal à prendre sa place dans le groupe. Elle va donc y aller dans un sentiment d’isolement et de labyrinthe où elle ne parvient pas à se trouver elle-même."


"Je survole des villes la nuit et cela me semble hyper réel"

"Les rêves de vol sont des fuites de la réalité, nous dit Tristan Moir. Ce sont souvent des rêves que font les enfants mais, tout comme pour les rêves de chutes, les adultes peuvent encore en faire quand ils se trouvent dans des situations trop difficiles, où le quotidien est trop lourd à gérer. Le rêve agit comme un mode compensatoire; il vient apporter à l’individu une légèreté qui lui fait défaut dans la réalité. Il est un rêve d’échappatoire qui a des fonctions utilitaires puisque, pendant le temps que l’individu vole, il échappe à l’apesanteur quotidienne. Cela permet au système psychique et nerveux de s’alléger, se réguler. Si on fait ce genre de rêve, il faut se poser la question de savoir à quoi on veut échapper, ce qu’on ne peut gérer…"