Un mois sans alcool, pourquoi et comment ? 5 participants à Tournée Minérale témoignent

C'est d'ores et déjà un succès : plus de 50 000 personnes se sont inscrites à l'opération Tournée Minérale lancée fin novembre par la Fondation contre le Cancer. Trois fois plus que prévu ! Mais qu'est-ce qui pousse les Belges à s'inscrire à cette action positive ?

E.W.
Un mois sans alcool, pourquoi et comment ? 5 participants à Tournée Minérale témoignent
©Pexels

C'est d'ores et déjà un succès : plus de 50 000 personnes se sont inscrites à l'opération Tournée Minérale lancée fin novembre par la Fondation contre le Cancer. Trois fois plus que prévu ! Mais qu'est-ce qui pousse les Belges à s'inscrire à cette action positive ?


L'objectif de cette opération : ne pas boire une goutte d'alcool pendant les 28 jours que comporte le mois ! Les organisateurs en reviennent à peine : ils avaient tablé sur quelque 15 000 inscrits, il y en a déjà 50 666 ! Et le nombre d'inscrits devrait encore augmenter "de manière significative" dans les jours à venir, estime la Fondation contre le Cancer qui va augmenter encore la visibilité de la campagne.

Un programme qui n'est pas évident pour la majorité des Belges puisque d'après les chiffres de l'OCDE datant de 2014, en Belgique on boit 12,6 litres d'alcool par personne de 15 ans et plus sur une année...

Un vrai défi donc car boire un verre est une habitude bien ancrée dans la culture occidentale et belge : que ce soit pour faire la fête, entre amis pour l'apéro, au restaurant ou même chez soi pour se relaxer. Les organisateurs de Tournée Minérale le savent bien et le site est construit sur une foule de conseils pour tenir le coup dans toutes les situations possibles.


Des tas de conseils anti-craquage

Un mois sans alcool, pourquoi et comment ? 5 participants à Tournée Minérale témoignent
©Pexels


Ainsi, "Arrêter de boire de l'alcool pendant un mois, ça permet de dormir mieux, d'avoir plus d’énergie, de se sentir plus en forme, d'avoir un meilleur teint et une plus belle peau. C'est aussi le sentiment irremplaçable d’avoir relevé un sacré challenge. Surtout si tu lies tes efforts à la récolte de fonds pour la recherche contre le cancer. Enfin l’alcool est calorique. Beaucoup de gens perdent du poids en l’arrêtant. », liste le site.

Plus sérieusement aussi, "L'alcool, même en faible consommation, a un impact sur les organes du corps. On compte également environ 200 maladies qui y sont liées", soulignent les organisateurs.

Le tout est de bien se préparer une semaine avant en en parlant au plus de monde possible, en se faisant une petite liste de ce que l'on aime boire hors alcool ; en envisageant les moments les plus difficiles et en cherchant quelle attitude avoir dans ces cas-là.

Au-delà du défi personnel et de la prise de conscience de la place de l'alcool dans nos vie et ses conséquences sur notre santé et notre vitalité, l'objectif est de rassembler 200 000€ pour la recherche contre le cancer.


"Je bois trop", "je bois un peu tous les jours", "je veux tester ma volonté", ...

Un mois sans alcool, pourquoi et comment ? 5 participants à Tournée Minérale témoignent
©Pexels


Les personnes intéressées peuvent s'inscrire jusque début février sur www.tourneeminerale.be . Nous avons demandé à quelques participants pourquoi ils avaient envie de participer. Et nous allons aussi vous donner de nombreux conseils glanés auprès de coaches, de participants, de nutritionnistes, de médecins, pour vous aider à tenir le coup. Ici au lifestyle de lalibre.be, on participe !


Vincent

Je n'étais pas au courant de l'action. Un ami m'en a parlé et m'a proposé qu'on le fasse ensemble et j'ai sauté sur l'occasion. Je bois trop, tous les jours. C'est l'occasion de faire un break et de reprendre par après de meilleures habitudes. Je me suis acheté 20 000 thés, deux théières. Et pour le reste, je vais voir. J'ai à la base une excellente discipline. Donc ça devrait aller. Et je ne compte pas sortir moins. L'idée c'est aussi d'apprécier la place qu'a prise l'alcool dans ma vie sociale et privée. De sentir un éventuel manque et de comprendre ma réaction à ce sentiment.
Quant aux boissons, je ne compte pas boire de l'eau, mais découvrir d'autres plaisirs, d'autres saveurs, sans alcool. Hé là-bas, je vais pas devenir moine non plus !


Benoît

Un jour j'ai fait le test d'arrêter une semaine. Pas dur du tout. C'était il y a presque 10 ans. Les deux dernières années, j'ai fait une cure détox de 3 jours (un jour pomme, deuxième carotte et dernier riz et sans alcool). Facile aussi. Le 16 février, ça fera 4 ans que j'ai arrêté la clope. Depuis, je trouve que je picole plus et suis curieux de voir si je peux m'en passer plus que 3 jours. Autre motivation, l'alcool ferait grossir, soi disant… réponse le 1er mars!
Pour ma part, je ne vais rien changer à mes habitudes. Peut être plus bouger, faire davantage de sport sinon rien de plus ou de moins, mais tout à l'eau.


Elodie

J'ai principalement une consommation sociale d'alcool et je sors beaucoup... Je n'ai jamais tenu plus de trois ou quatre jours sans alcool depuis des années ! Alors là, c'est l'occasion de tester ma volonté. Je suis vraiment curieuse de voir comment je vais réagir quand on me dira, "allez juste pour cette fois, bois un verre avec nous" ! Je le prends aussi un peu comme une étude sociologique pour voir si je vais passer pour une rabat-joie ou si les autres vont avoir envie de me suivre... Je ne veux pas sortir moins sauf si c'est trop dur parce que je ne veux pas craquer, cela m'inquiéterait beaucoup de craquer en fait...
Je boirai essentiellement de l'eau ou du thé parce que je n'aime pas les sodas. Et j'ai un plan : je vais prendre des feuilles de menthe, des myrtilles, des tranches d'orange ; etc avec moi pour sortir et je me ferai des eaux infusées, ça sera bon et ça fera plus fête qu'un simple verre d'eau !


Christine

Rentrer chez moi et boire un verre, c'est un vrai plaisir, ça me relaxe. Mais parfois j'en bois deux et parfois je sors et j'en bois davantage... Où est la frontière entre le vrai plaisir et l'assuétude ? Je vais le savoir pendant ce petit mois j'imagine... Le plus difficile pour moi, ce sera de lutter contre cette habitude quotidienne. Je pense que je vais changer ma routine, rentrer chez moi et aller courir ou marcher pour faire autre chose qui me relaxera aussi ! Enfin, je l'espère...


Julie

C'est un défi personnel : est-ce que je peux faire toute une soirée ou tout le monde boit sauf moi? Tout le monde se dit "moi j'arrête quand je veux".. eh bien c'est le moment de le prouver ! Je suis aussi sensible à l'impact sur la santé, je me dis souvent que je devrais faire des pauses "alcool" car ce n'est vraiment pas bon de boire souvent. Enfin, je le fais pour le fun, c'est chouette de savoir que plein de gens seront dans la même situation.