Bon plan: achetez les objets trouvés à Brussels Airport

Brussels Airport donne les objets définitivement perdus à des associations qui les vendent aux enchères.

Laura Cerrada
View of the daily busyness at the airport in Hamburg, Germany, 25 August 2017. Photo: Christian Charisius/dpa Reporters / DPA
View of the daily busyness at the airport in Hamburg, Germany, 25 August 2017. Photo: Christian Charisius/dpa Reporters / DPA ©Reporters / DPA

Brussels Airport donne les objets définitivement perdus à des associations qui les vendent aux enchères

Le départ en vacances est toujours un moment d’effervescence. À l’aéroport, les choses auxquelles il faut penser sont nombreuses selon la Dernière Heure. On fouille dans les sacs pour trouver des documents ou sortir un portefeuille. Il arrive que, dans l’urgence et le brouhaha, on perde l’un ou l’autre objet. Les étreintes dans le hall pour se dire au revoir ou le fait de devoir retirer ses veste et écharpe peuvent, malheureusement, casser ou décrocher certains bijoux, comme des boucles d’oreilles. La multiplication des sacs est également traître. Les distraits ne voient pas toujours quand on laisse un sac avec son ordinateur, par exemple.

Ces objets sont rapportés au centre des objets trouvés. "En 2016, on en a récupérés approximativement 20.000, explique Florence Muls, la porte-parole de Brussels Airport. Seuls 5.000 de ces objets retrouvent leur propriétaire."

Faites le compte : 15.000 objets ne sont jamais récupérés. "Un pull, une boucle d’oreille, un parapluie, une montre, un sac, etc. Les voyageurs ne se rendent pas tout de suite compte de leur perte. Et souvent, ils ne savent pas à quel endroit ils ont perdu ce qu’ils recherchent", ajoute la chargée de communication de l’aéroport de Bruxelles. Les voyageurs ne se tournent pas toujours vers le bon interlocuteur pour le retrouver. Ou ils ne se rendent pas compte de leur oubli/perte.

Au bout de six mois , ces objets orphelins sont considérés comme étant définitivement perdus. 15.000 objets sont donc entre les mains de la direction de l’aéroport de Bruxelles.

Dès lors, qu’advient-il de ces objets qui peuvent rapidement s’avérer encombrants ? "Nous les donnons à des associations, poursuit Florence Muls. Ils sont alors vendus aux enchères et le montant récolté est intégralement perçu par ces œuvres caritatives."

Il n’y a, cependant, aucune estimation de la somme d’argent récoltée au cours de ces ventes particulières. "Nous n’avons aucun moyen de savoir combien ces ventes ont rapporté, détaille la porte-parole. Une fois qu’ils sont entre les mains des associations, ce sont elles qui les mettent aux enchères ou les vendent via divers canaux. Elles ne nous communiquent pas le montant récolté. Elles ne sont d’ailleurs pas tenues de le faire !"

Les aéroports de Liège et Charleroi, contactés, n’ont pas communiqué sur ce sujet.