En Iran, les femmes s'entraînent dans le désert pour devenir ninja (PHOTOS)

Rédaction en ligne

Des femmes en foulard et en combinaison militaire... Cela n'a rien d'anodin quand on sait que ces "superwomen" apprenent à grimper, sauter et se cacher dans les montagnes comme personne et ce, tout en "brisant le cou d'un adversaire sans faire un bruit". 


Ces iraniennes sont déjà surnommées les "Ninja rangers". 4.000 combattantes apprennent actuellement le Ninjutsu (art martial en vogue parmi les jeunes femmes du pays) dans le désert iranien, selon le Dailymail. Elles ont été prises en photo avec des armes de guerre tout en réalisant des sauts impressionnants défiant la gravité terrestre. Pour faire partie du groupe, les "kunoichi" (femmes ninjas) doivent avoir d'incroyables capacités acrobatiques et être agiles. Ces ninjas des temps modernes savent manier des armes lourdes et tranchantes avec une extrême précision. 

Ce "club" a ouvert ses portes en 1989 et est basé au château de Jughin, à 40 km de Téhéran. L'instructrice Fatima Muamer a déclaré que ce sport permettait aux femmes de maintenir un équilibre entre le corps et l'esprit.  "La leçon la plus importante du ninjutsu est le respect et l'humilité", assure-t-elle. "Elles apprennent d'abord à respecter leur existence et puis à respecter l'art qu'elles maîtrisent". Toutefois, cet art martial reste une forme d'équilibre de vie pour ces femmes plutôt qu'une technique utilisée pour se battre.  

"Etre un ninja demande de la patience, de la tolérance et de la force. Littéralement, cela veut dire l'art de devenir invisible", déclare le Sensei Akbar Faraji, le premier homme à introduire cet art en Iran. Le ninjutsu est considéré comme l'une des formes d'art martial les plus mortelles. Les mercenaires japonais l'utilisaient principalement en temps de guerre entre 1185 et 1868.