Il pense enterrer son fils, mais celui-ci est pourtant bien vivant

Le père de Frank J. Kerrigan a enterré un homme qu'il pensait être son fils. Deux semaines plus tard, il découvre que son vrai fils est en fait bien vivant. La famille réclame désormais deux millions de dollars en dommages et intérêts au médecin légiste.

Il pense enterrer son fils, mais celui-ci est pourtant bien vivant
©AP
Rédaction en ligne

Le père de Frank J. Kerrigan a enterré un homme qu'il pensait être son fils. Deux semaines plus tard, il découvre que son vrai fils est en fait bien vivant. La famille réclame désormais deux millions de dollars en dommages et intérêts au médecin légiste.

L'erreur est humaine, certains diront. Mais la peine de ce père a visiblement un coût : 2 millions de dollars, soit 1,8 millions d'euros. Les empreintes avaient pourtant formellement identifié Frank Junior Kerrigan, 57 ans. Son père de 81 ans n'avait donc pas dû passer par l'épreuve de l'identification à la morgue.

"Quand quelqu'un me dit que mon fils est mort et qu'ils ont vérifié ses empreintes digitales, je lui fais confiance", a soutenu Frank Kerrigan sur CNN.

Cependant, la famille a déboursé pas moins de 20.000 dollars pour les funérailles de leur fils. Plus de 50 personnes sont présentes et pas une ne remarque qu'il ne s'agit pas de la bonne personne. Les témoins de la scène affirment que la victime était quasiment méconnaissable.

"Nous pensions qu'il s'agissait de notre frère", a ajouté Carole Meikle, la soeur du disparu.

11 jours plus tard...

Franck reçoit un appel de son voisin lui criant "Ton fils est en vie !". A l'autre bout du fil... "Bonjour papa". Le fils Kerrigan, souffrant d'un handicap mental, a erré dans la rue tout ce temps. La victime qui avait pris sa place dans le cercueil a, entre-temps, été identifiée à son tour.


Le médecin légiste reconnaît partiellement son erreur. Il avait comparé la victime avec une ancienne photo du vrai fils de Frank.

Après cette mésaventure, la famille Kerrigan a porté plainte contre le bureau du médecin légiste et estime qu'il n'a pas fait tous les efforts nécessaires pour identifier correctement la victime. Une enquête interne a été ouverte.