Test vélo: L'angell, votre ami techno

Que vous soyez fan de technologie ou non, sachez que ce vélo remplit sa mission, avec un plus dans son design et avec son application qui apporte à la fois sécurité et confort.

Eric Guidicelli
A u départ, c’est surtout la curiosité qui nous a animés lors de notre demande de test du Angell. Sur le web, cela nous semblait plus être un “vélo gadget” qu’un vrai vélo électrique. De plus, nous avions l’impression d’être dans la même configuration qu’un Cowboy ou un Curt, mais avec un design et des fonctionnalités plus futuristes. Quand nous avons reçu le vélo pour le test, cette idée apparaissait encore plus présente. On sort le vélo de son gros carton et on découvre son look très épuré, son écran tactile au centre de la potence et sa batterie en forme de U, qui se glisse au-dessus de la roue arrière, voilà qui nous emporte dans un monde loin de nos tests précédents. Puis, comme toujours avec ce type de vélo hyperbranché, on passe par la case application, pour démarrer l’engin et là aussi toute une série de petites astuces nous motive à aller plus loin dans l’utilisation. Clignotants sur les poignées et sur la batterie pour l’arrière, vibrations pour indiquer que vous devez tourner lors des déplacements, quatre modes d’assistance électrique, et les habituelles détections de chute ou encore gestion en cas de vol, le Angell est technologiquement très évolué. Après ce rapide passage par la case “je maîtrise mon appli,” laquelle est très intuitive au demeurant, nous avons enfourché le vélo pour notre déplacement habituel : maison/travail – travail/ maison. Le Angell est au rendez-vous, avec ses 50 Nm de couple, on ne force pas, les 25 km/h sont atteints rapidement et lorsque nous attaquons les fameux faux plats dont nous vous parlons dans chacun de nos tests, pas de soucis, grâce à ses multiples capteurs, l’Angell nous assiste et ménage nos efforts. Clairement, nous aurions aimé parfois, dans les descentes, avoir un système de changement de vitesses pour aller un peu plus vite, mais il faut accepter qu’avec un plateau avant de 42 dents, l’idée est plus de se laisser aller que d’essayer d’atteindre des performances de rapidité hors norme....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité