200 millions en plus sur son compte grâce à l'EuroMillions, mais sa vie de tous les jours reste la même : "Seuls mes très proches sont au courant"

Ce Français a gagné le jackpot à l'EuroMillions, mais il reste discret et surtout les pieds sur terre

200 millions en plus sur son compte grâce à l'EuroMillions, mais sa vie de tous les jours reste la même : "Seuls mes très proches sont au courant"
©Shutterstock

Le 11 décembre 2020, la dernière étoile du tirage de l'EuroMillions sort et, bingo, c'est la bonne. Un Français, ancien cadre à la retraite, touche le jackpot de 200 millions d'euros. Pas de grande fête, pas de champagne, comme il l'explique au Parisien. Il veut rester anonyme. "Pour vivre heureux, vivons cachés !", assure-t-il au quotidien français.

Six mois après sa victoire, l'homme fait le point sur son quotidien. A-t-il été chamboulé par cette nouvelle richesse ? "Ma vie de tous les jours est la même. Bien entendu, j’ai de nouvelles obligations, je dois gérer beaucoup de choses. Et dans les premiers temps, c’est prenant", admet le Français. "Grâce à ce gain, j’ai la possibilité d’aider ceux qui en ont besoin. C’est mon principal bonheur !", assure-t-il.

Pour ne pas dévoiler son identité, l'homme répond par écrit au média, en passant ses lettres par les relations gagnants de la Française des Jeux.

Quelques voyages

Le retraité s'est quand même offert quelques séjours : "J'ai entrepris plusieurs escapades en France. Notre pays est magnifique. Il y a des endroits que j’aime particulièrement où je suis retourné, d’autres que j’ai découverts avec un immense plaisir. J’ai en projet plusieurs séjours dans l’Hexagone. Je suis d’ailleurs rentré d’une escapade il y a quelques jours et je repars bientôt."

S'il reste au pays, c'est aussi parce que la pandémie limite les possibilités de voyages et d'activités une fois à l'étranger. "Pour les destinations lointaines, j’attends encore un peu mais j’ai très envie de voyager", avoue l'heureux gagnant.

Une fois sa victoire officialisée, il avait aussi annoncé vouloir créer sa propre fondation. "Les premières bases sont posées. Je vais mettre en œuvre ce que j’avais en tête mais c’est un projet de longue haleine. Cela constituait une de mes motivations pour jouer. Je suis heureux que cela se concrétise", conclut le pensionné.

Dans tous les cas, il reste discret : "seuls mes très proches sont au courant. C’est mon souhait et c’est très bien ainsi…"