Motorola G100 le téléphone pour le travail de bureau

Les smartphones remplaceront bientôt nos ordinateurs de bureau. Avec des composants de plus en plus puissants, les téléphones actuels rivalisent avec les ordinateurs bureautiques.

placeholder
© Motorola

On l’a déjà écrit dans cette chronique, à part un grand écran, les téléphones n’ont plus rien à leur envier. Mais les choses sont en train de changer. Des solutions apparaissent pour synchroniser smartphones et grand écran.

On vous a déjà parlé du système DeX de Samsung ou de Huawei qui permet de brancher un smartphone à un écran par fil ou sans fil. C’était une technologie réservée au téléphone haut de gamme.

Motorola commercialise un nouveau smartphone, le G100, qui intègre cette technologie appelée par la marque « ready for ». Comment cela fonctionne-t-il ?

Ce modèle est livré avec un pied et un câble HDMI pour le connecter à un écran ou une télévision.

Le support permet de naviguer dans le téléphone si vous faites un travail de bureau. C’est plus facile que de le prendre à chaque fois en main pour y rechercher une information. Il est composé de 2 parties : un pied et une attache qui permet deux inclinaisons de l’appareil. Le smartphone se glisse entre les griffes d’un clip magnétique qui assure le positionnement soit vertical soit panoramique. Il comprend aussi un ventilateur pour refroidir l’appareil lors de la recharge. Ce dernier n’est malheureusement pas très discret lorsqu’il se met en route. L’attache comporte aussi un pas de vis universel pour le monter sur un autre type de pied. Un port USB-C assure la connexion pour la recharge ou le câble HDMI pour la projection sur un écran externe. Dès lors, une fois connecté à un clavier ou à un écran, le Moto G100 devient un « ordiphone ».

L’affichage est de deux types : soit il reproduit à l’identique l’écran de votre smartphone (affichage miroir), soit, via une icône qui apparaît une fois le câble connecté, comme bureau mobile. Dès ce moment, l’écran du téléphone devient un tapis souris pour déplacer le pointeur sur le bureau. On accède aux applications du téléphone via la barre dans le bas de l’écran du bureau. S’y retrouvent les boutons de recherche, accueil et applications récentes. À gauche sont situés les paramètres, le bouton de verrouillage, une fonction de capture d’écran et la gestion des réseaux Wifi.

Si vous ne reliez pas de clavier au smartphone, c’est le clavier de celui-ci qui vous permettra d’écrire.

placeholder
© Motorola

Outre le bureau mobile, des affichages spécifiques sont prévus comme regarder des vidéos (télévision), jouer ou converser en vidéo.

À noter qu’il est recommandé de connecter un chargeur au câble HDMI, sinon la batterie baisse rapidement.

Et si on parlait un peu du téléphone en lui-même.

Pour cet appareil, Motorola a conservé une caractéristique : cette impression de hauteur marquée par un écran plus étroit que dans les produits habituels du marché.

Le G100 intègre un processeur Qualcomm Snapdragon 870. Il est compatible avec la 5G. Son écran offre une diagonale de 165 mm. Le taux de rafraîchissement est de 90 Hz et la définition de 2520 X 1080 pixels. 8 Go de mémoire RAM et 128 Go de stockage.

L’appareil comprend 2 capteurs à l’arrière. Un capteur principal de 64 mégapixels et un capteur ultra grand-angle de 16 mégapixels qui fait aussi des photos macro jusqu’à 4 cm. Il possède un flash circulaire. Les autres capteurs servent à la profondeur de champ et l’autofocus.

Du côté vidéo, le G100 reprend deux fonctions déjà présentes dans des appareils plus haut de gamme comme l’enregistrement à la fois avec le capteur arrière et le capteur avant ainsi que le zoom audio pour n’enregistrer que le son qui provient de la zone de l’image sur laquelle la netteté est faite.

Le prix du Moto G100 avec le support et le câble compris est de 549 €.

Sur le même sujet