Populaire et irrésistible: le cosmos, la star de votre jardin

Non seulement tout terrain mais aussi une valeur sûre du début de l’été aux premières gelées.

Populaire et irrésistible: le cosmos, la star de votre jardin
© MPV/MNC
Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans

Star du jardin, bon enfant, le cosmos a la réputation d’être une aubaine pour le jardinier amateur ou pressé. Son look de marguerite aux larges pétales, à la corolle bien circulaire, lui vaut son caractère champêtre et intemporel. En toute simplicité. À la mode dans les jardins d’autrefois et dans ceux d’aujourd’hui. Les immenses nuées roses et blanches apparaissent sans discontinuer à la belle saison, au-dessus d’un feuillage vert clair aérien et finement découpé. Ils contribuent à lui donner une silhouette floue, légère et vaporeuse un peu dégingandée fort appréciée dans les jardins de “grand-mère”, de “curé”, de “cottage” ou résolument naturels. De la famille des Astéracées, originaire du Mexique, le cosmos est chez nous une plante annuelle au cycle végétatif court commençant par le semis jusqu’à la floraison et la production de graines, le tout en une seule année. Ne résistant donc pas à l’hiver, il peut cependant se ressemer tout seul l’année suivante.

placeholder
© MPV/MNC

Le soleil est la condition première de son épanouissement. Quant au sol, aucune exigence précise, du moment qu’il soit drainé. S’il est trop riche, le feuillage se développera en abondance aux dépens d’une floraison maigrichonne ; il faudra le tuteurer. Cela dit, vigoureux et tolérant, sans entretien, à la croissance rapide, d’une hauteur variant de 40 cm à 1,50 m selon les variétés, il fleurit jusqu’aux premières gelées tout en s’acclimatant aux caprices de la météo, pluie y comprise. Que lui demander de plus ?

placeholder
© MPV/MNC

Il y a cosmos et cosmos

En réalité, il existe 3 grands groupes. Le plus connu et le plus cultivé dans les jardins est C. bipinnatus (1 m de haut environ) aux grandes fleurs dans les roses, les pourpres ou les blancs, rehaussées d’un cœur jaune vif. Différentes variétés sont à épingler :

• La série des ‘Sensation’ que l’on trouve généralement dans les jardineries. C. b. ‘Sensation Picotee’a des pétales bordés d’un joli liseré carmin ;

placeholder
© MPV/MNC

• La série des ‘Sonata’souvent proposée en godets déjà préparés est plus ramifiée (45 cm de haut) mais à notre avis, moins délicate et moins prolifique que celle des ‘Sensation’;

• ‘Rubenza’a une robe rose foncé à écarlate, presque veloutée ;

• ‘Xanthos’a des fleurs d’une surprenante couleur jaune pâle ;

• ‘Candy Stripe’a une floraison pastel, blanche teintée de rose pâle ;

• ‘Daydream’est une variété aux pétales rose poudré dont le cœur est rose soutenu ;

• ‘Purity’est une magnifique sélection à fleurs immaculées qui depuis longtemps a fait ses preuves ;

• ‘Sea Shells’, plus sophistiquée, exhibe de curieux pétales ourlés ou tuyautés en cornets ;

• ‘Double Click’est un cosmos à fleurs doubles comme son nom l’indique, comptant plusieurs couches de pétales superposés et finement découpés.

Le deuxième groupe de cosmos propose des tonalités chaudes dans les nuances de jaune, orangé en passant par le rouge. On l’appelle communément le cosmos doré, C. sulphureus. Plus petit, – environ 60 cm de haut -, plus capricieux aussi, il aime un sol léger et fertile. La variété ‘Lady Bird’(30 cm) aux fleurs semi-doubles rencontre un petit succès parmi les fans.

Le dernier groupe est différent. Appelé cosmos chocolat, – sa fleur aurait pour les uns un parfum de chocolat et pour les autres celui de la vanille -, C. atrosanguineus, est une plante vivace tubéreuse qui exhibe une couleur de fleurs peu habituelle, pourpre presque noire. Frileux, souvent élevé en pot, très en vogue dans les jardins anglais où il attire tous les regards, il se cultive comme un dahlia : son tubercule doit être mis au sec en hiver et remis en place en mai lorsque les dernières gelées sont passées.

placeholder
© MPV/MNC

Osez semer !

Semer le cosmos annuel n’est franchement pas compliqué. Les grosses graines achetées en sachet ou récupérées dans le jardin sont faciles à manipuler, la germination est rapide et sans souci. Un bon exemple pour le jardinier lambda. Comme toutes les plantes annuelles semi-rustiques, il a besoin de chaleur pour germer. Il se sème à l’intérieur dès avril sur un rebord de fenêtre ou dans une serre ou directement en place après le 15 mai lorsque les gelées ne sont plus à craindre. Les premières fleurs apparaîtront environ 1 mois plus tard. Pour obtenir une plante bien ramifiée et très fleurie, il est efficace de pincer la tige principale à mi-hauteur quand le plant a environ 30 cm de haut. Il aura de ce fait moins de prise au vent. À part cela, rien à signaler hormis les escargots et limaçons qui raffolent de leurs jeunes pousses.

Laissez-les vivre leur vie au potager ou au jardin, en compagnie des légumes ou des fleurs simples comme les lavatères, verveines ou anémones du Japon et aux alentours, admirez le ballet incessant des papillons, abeilles, syrphes et autres coccinelles. Faites des bouquets ! Il n’y a rien de plus élégant qu’un soliflore animé d’une tige de cosmos. Sachez que le spectacle est assuré pendant une petite semaine. Enlevez les fleurs fanées pour éviter d’épuiser la plante par la formation de graines et la forcer à refleurir. Mais à partir d’août, laissez quelques fleurs produire des semences dans le but de les récolter. Juste avant qu’elles ne tombent, secouez-les dans une enveloppe. L’an prochain, vous les sèmerez avec le même plaisir même s’ils n’auront pas forcément la même couleur. Pour avoir certains coloris bien particuliers, il est alors préférable d’acheter des semences sélectionnées.

placeholder
© MPV/MNC

À déguster ?

Les pétales des Cosmos bipinnatus ensoleillent le jardin autant que les salades, crudités, desserts et glaces. Ils ne font pas que décorer les plats sucrés ou salés. Ils apportent aussi parait-il une agréable sensation de velours sur la langue et une saveur florale intéressante et pas trop prononcée. À essayer par les plus audacieux.

Marie Pascale Vasseur et Marie-Noëlle Cruysma

Sur le même sujet