Envie de se mettre à un sport ? Pour bien le choisir, il y a une règle d’or à respecter

Septembre amène des envies de bouger plus. Mais comment bien choisir son sport sans abandonner en novembre ? Réponse de coach !

E.W.
Envie de se mettre à un sport ? Pour bien le choisir, il y a une règle d’or à respecter
©Shutterstock

Véronique D., "personal trainer" et coach en nutrition, rit de bon cœur. "Il y a une palette de sports énorme, vous avez la journée pour qu'on trie tout ça ?" s'amuse-t-elle avant de reprendre sérieusement : "Sinon on peut le dire en une phrase : il faut impérativement choisir quelque chose qui nous plaît avant tout", souligne celle qui fait de la boxe et de la danse classique en plus de son métier. Sinon en novembre, c'est déjà fini. "Alors que si vous y prenez du plaisir, là où vous pensiez ne pouvoir caser qu'une session, vous allez trouver le temps pour en faire deux voire pour trois…"

Pas la peine de réfléchir en matière de calories dépensées, de corps sculpté, "il faut pouvoir s'amuser sur le long terme, après, on pourra penser à la performance". Car il n'y a pas de règle, c'est avant tout personnel : un individu en bonne condition physique mais qui tend à aimer être seul ne fera pas de cours de fitness alors que ce serait bon pour lui… C'est aussi pourquoi la professionnelle ne conseille pas de s'inscrire avec une amie juste pour compter sur l'effet d'entraînement. "Celui ou celle qui doit vous motiver le plus, c'est vous."

Sports aquatiques : utiles mais...

Et le coach… En cas de cours collectif : "Surtout, ne vous fixez pas sur un style, changez d'entraîneur, changez de genre ! Si votre motivation et votre plaisir vont compenser votre manque de condition au début, le coach lui va cimenter votre envie." Une jeune femme en surpoids ne peut pas passer l'écueil du maillot de bain alors que les sports aquatiques sont les plus conseillés pour protéger les articulations ? "C'est facile à comprendre ! Mieux vaut alors mettre le pied à l'étrier avec du sport au sol et un coach perso par exemple."

Pour Véronique D., mieux vaut aussi penser les disciplines en fonction de quelques prérequis. "Les personnes ayant des articulations douloureuses, en post-accouchement ou des blessures pourront s'orienter plutôt vers du renforcement : des sports doux mais profonds comme le pilates, le stretching, la gym douce ; le thaï chi." Elle préconise aussi l'aquagym ou l'aquabike, "encore meilleur parce que l'eau draine, masse, allège le poids".

Celles qui veulent absolument se vider la tête auront intérêt à penser boxe, "tout le monde peut s'y mettre, même les non-sportifs, cela devient vite addictif". La boxe muscle, booste le cardio et "c'est un sport qui fait tout travailler. Si l'on se prend au jeu, cela sculpte un corps de malade. Et l'esprit suit…" L'aviron est également un sport très complet que l'on peut pratiquer seul ou en équipe et qui apporte aussi un vrai lâcher-prise. Encore faut-il être près de l'eau !

Pour les personnes plus physiques qui aiment tout donner, rien ne vaut les cours collectifs de fitness, dit celle qui en a donné durant des années à l'Aspria, ou le HIIT. Pour les solitaires : "Il n'y a pas mieux que le running quand les articulations sont OK ou du footing (on trottine) pour tous, à tout âge."

Envie de copines, de penser équipes ? "De nombreuses femmes commencent le hockey ou le foot, même à 40 ans. Il n'y a pas la pression du championnat et en Dames, on peut vraiment s'éclater. Ce sont des sports complets qui amènent de la vitalité".

Et si on n'arrive quand même pas à se mettre à un sport ? "Tant pis… mais sortez de chez vous, bougez, arrêtez de tirer sur vos cervicales en regardant votre smartphone toute la journée !"

De bonnes conditions pour aller loin

Envie de se mettre à un sport ? Pour bien le choisir, il y a une règle d’or à respecter
©shutterstock

Une bonne condition, une bonne santé, "c'est 70 % grâce à une bonne alimentation et 30 % par le sport", souligne Véronique D. de MyHealthCoach.

Une activité sportive est donc importante, même si, au début, c'est la régularité qui va compter plus que la performance. "Si peu à peu tu y arrives, tu sens le résultat dans ton corps au quotidien, que tu prends du plaisir alors, tu vas augmenter la cadence et l'intensité. Tout est question de cheminement". Et mieux vaut faire des petits pas à ce niveau-là : un corps stressé, courbaturé à maintes reprises va s'en souvenir et on ira de plus en plus avec des pieds de plomb à sa séance. "Et l'on peut tout à fait aller loin dans la performance et se sculpter un corps avec des sports non explosifs comme le pilates", ajoute la coach.

Toutes les disciplines "à terre", où l'on utilise le poids du corps sont bénéfiques : "Au plus tu travailles en allongement, au plus tu t'affines car les muscles sont étirés : cela travaille la posture. Au plus tu fais du sport qui sollicite le muscle en contraction comme la muscu, au plus tu es dans la puissance : le muscle se raccourcit". Footing et marche nordique assouplissent également.

Enfin, pour la pro l'ambiance du cours compte énormément : "Si quelqu'un adore faire du yoga, mais qu'elle se sent comme un chien dans un jeu de quilles dans un cours où l'on se montre, cela ne va pas le faire… Il faut croiser nos conditions jusqu'à trouver la discipline mais aussi le lieu…"