Blanchiment des dents : les solutions efficaces

Taches, jaunissement, colorations… le blanchiment dentaire est-il la solution pour retrouver le sourire ? Toutes les techniques sont-elles équivalentes, qu’elles soient, ou non, encadrées par les dentistes ? On fait le point.

Emmanuelle Blanc
Teeth,With,Whitening,Tray
©Shutterstock

Chez le dentiste

Comment ça marche ?

Le dentiste s’assure qu’il n’y a pas de contre-indication (moins de 18 ans, chimiothérapie, allaitement, érosion ou abrasion de l’émail), et fait un examen dentaire préalable. "Caries, fêlures ou obturations non étanches doivent être traitées avant, et un détartrage réalisé", indique le Dr Frank Lebret. Et si on a les dents hypersensibles ? "On adapte le protocole, de même qu’en cas de récession des gencives", indique le Dr Julien Cardona. Le traitement se fait généralement en ambulatoire : le dentiste donne une gouttière fabriquée sur mesure et des seringues préremplies du produit, le plus souvent du peroxyde de carbamide, dosé à 10 % ou 16 % suivant les cas. "Il décolore les particules organiques colorées à l’intérieur des dents et, par un jeu optique sur l’émail, les rend plus lumineuses", complète le Dr Cardona. Avant de se coucher, on dépose du produit dans la gouttière que l’on porte toute la nuit, pendant environ trois semaines : "Si les dents sont sensibles, on raccourcit le temps d’exposition mais le traitement sera alors plus long", dit le Dr Cardona. On ne doit pas fumer ou consommer d’aliments ou boissons colorantes (thé, café, vin et fruits rouges, curry…) dans les heures qui suivent, et, si possible, les limiter pendant la durée du traitement.

Que peut-on en attendre ?

"Ce n’est pas un blanchiment, mais un éclaircissement qui peut faire gagner d’une demie à une teinte et demie, dit le Dr Lebret. Cela peut sembler modeste, mais l’amélioration est quand même visible." Surtout si l’on procède en deux fois : l’arcade du haut, puis celle du bas : "On se rend alors mieux compte de la différence, et l’on est moins déçu. "Il faut néanmoins savoir que le traitement n’agit pas sur les composites et les couronnes. "Certaines colorations intrinsèques de la dent y répondent aussi moins bien, voire très mal comme celles liées à la prise de tétracycline dans la petite enfance", précise le Dr Cardona.

Le résultat est-il durable ?

Deux à trois ans en moyenne : "Cela dépend de la structure de la dent, mais aussi de sa consommation de tabac, de boissons et aliments colorants qu’il vaut mieux limiter pour prolonger le résultat", dit le Dr Cardona. Combien ça coûte ? De 300 € à plus de 1 000 € le protocole complet.

Chez le coiffeur ou l’esthéticienne

Instituts de beauté, salons de coiffure, spas et même centres de bronzage sont de plus en plus nombreux à proposer un blanchiment des dents, en une seule séance, avec divers principes actifs : peroxyde d’hydrogène, PAP (un acide), bicarbonate de sodium…

Comment ça se passe ?

On se nettoie d’abord les dents, puis on place soi-même une gouttière préformée remplie du gel blanchissant, ce geste étant interdit aux non-dentistes. Installé sur un fauteuil, les yeux protégés par des lunettes spéciales, la personne positionne devant nos dents une lampe à LED supposée activer l’effet blanchissant du produit. La séance dure de 30 à 60 minutes.

Que peut-on en attendre ?

Aucune étude n’en a évalué l’efficacité. Et du côté des clients, les avis divergent : pas de différence entre l’avant et l’après selon certains, petite amélioration pour d’autres, mais pas au point de gagner jusqu’à sept teintes, comme le promettent certaines enseignes. Même si le gel est à base de peroxyde d’hydrogène : "La concentration qu’elles ont le droit d’utiliser, réglementée au niveau européen, est de 30 à 60 fois inférieure à celle autorisée aux dentistes", signale le Dr Lebret. Il faudrait donc des dizaines de séances pour espérer un résultat au mieux équivalent à un blanchiment professionnel. "Aucun examen buccal n’est réalisé, pourtant indispensable pour s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indication", s’inquiète aussi le Dr Cardona.

Le résultat est-il durable ?

De deux à six mois, d’après les enseignes, mais faute d’étude de suivi, impossible de vérifier.

Combien ça coûte ?

Entre 50 € et 150 € la séance.