Rhume, grippe, gastro… : voici comment bien les soigner naturellement

Une nuée de virus se profile à l’horizon. Nos solutions pour résoudre ces petits maux de l’hiver, rarement graves, toujours inconfortables.

Dr Brigitte Blond
Sick,Little,Child,With,Temperature,In,Bed.,Hand,Of,Doctor
©Shutterstock

Un rhume ?

Il se manifeste souvent de la même façon : éternuements, nez qui coule et se bouche en alternance, petite fièvre, puis toux grasse quand les sécrétions "tombent" sur les bronches.

La tisane : pour le Dr Patrick Aubé, "c'est l'approche la plus judicieuse." Il conseille une décoction d'échinacée immunostimulante (50 g) et de quatre plantes antivirales, écorce de cannelle (20 g), thym (15 g), gingembre (10 g), clous de girofle (5 g) : deux c. à s. de ce mélange pour 50 cl d'eau portés à ébullition cinq min. Boire un bol matin et soir, la durée des symptômes.

Excellente option : les huiles essentielles (HE) : en inhalation sèche ou humide, au-dessus d’un récipient d’eau chaude, deux gouttes d’HE de niaouli pour décongestionner le nez, éventuellement additionnées d’une goutte d’HE d’arbre à thé si les sécrétions nasales sont moins claires.

Contre la toux grasse, utile car elle évacue les sécrétions indésirables : une à deux gouttes d’HE de thym à linalol ou d’Eucalyptus globulus dans une cuillérée de miel accélèrent le processus. À prendre trois fois par jour au maximum.

Une grippe ?

Elle est facile à repérer dans un contexte épidémique ! Fièvre et fatigue sont les principaux symptômes, sans compter les maux de tête et une petite toux sèche.

La tisane : en infusion. On choisit dans cette situation la reine-des-prés (une "aspirine-like"), la sauge (régulatrice de température) et les fleurs de sureau antivirales, respectivement 50 g, 30 g et 20 g, deux cuillérées à soupe de ce mélange pour 50 cl d’eau, une tasse matin et soir.

Pour soulager les maux de tête, on compte sur les HE de menthe poivrée, antalgique, ou de camomille matricaire, anti-inflammatoire, que l’on hume au creux du poignet ou que l’on masse à proximité des tempes (pas des yeux !). À renouveler si nécessaire.

Contre une toux sèche d'irritation, on prépare une infusion de plantes anti-inflammatoires et antispasmodiques : "deux cuillérées à soupe d'un mélange de 30 g de coquelicot, 30 g de mauve, 20 g de serpolet et 20 g de bouillon blanc pour deux tasses", propose le médecin.

Autre option : deux gouttes d’HE de cyprès toujours vert dans une cuillérée de miel, pour donner un coup d’arrêt à cette toux incessante. Trois à quatre fois par jour.

Une gastro ?

Elle court, elle court… et vous aussi, aux toilettes ! À noter que les épidémies de gastro se suivent et ne se ressemblent pas, mais, lors d’une même saison, elles se présentent toujours un peu de la même façon : certaines provoquent plus de nausées ou de fièvres, d’autres s’expriment par une diarrhée, d’autres encore mêlent le tout en proportions variables…

Contre les nausées : l’HE de menthe poivrée s’oppose à l’hyperactivité des muscles de la paroi de l’estomac, et donc à ses spasmes. Deux gouttes dans une cuillère de miel, trois fois par jour maximum.

Pour soulager des maux de ventre, c’est encore l’HE de camomille romaine qui convient, en doux massages des régions sensibles et du plexus : 10 gouttes dans une cuillère à café d’une huile végétale (amande douce, par exemple). À renouveler, si nécessaire. Pour mettre fin à une diarrhée et aux crampes abdominales : l’argile, qui absorbe les toxines et les gaz, ainsi que les virus et l’eau d’une diarrhée, ce qui en diminue le volume. Diluer une cuillérée à café d’argile verte dans un grand verre d’eau après chaque selle non moulée, en surveillant leur aspect pour ne pas se constiper.

En convalescence

Pour remonter la pente après une infection et lutter contre la fatigue, le Dr Aubé propose d’adopter pendant au moins quinze jours, une décoction de plantes adaptogènes, préparée avec deux cuillérées à soupe de ce mélange pour 50 cl d’eau : 40 g d’éleuthérocoque, 10 g de ginseng, 10 g de gingembre, 10 g de réglisse et 20 g de romarin. Une tasse matin et soir.

Les précautions

L’usage des huiles essentielles est déconseillé chez l’enfant, la femme enceinte ou qui allaite. Si nous souffrons d’une maladie chronique, mieux vaut demander l’avis de notre médecin ou de notre pharmacien.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...