Se détendre grâce à des aquarelles, faire fonctionner sa petite tête avec des jeux de logique et bricoler en recyclant…

Faire preuve de logique

Serez-vous capable de reconstituer le modèle qui apparaît sur la carte que vous venez de retourner de la pioche ? Attention, concentration, rapidité et logique vous seront bien utiles pour remporter la partie. Chaque joueur dispose de 5 blocs qui comportent chacun 8 symboles. On retourne donc une carte - il existe cinq niveaux différents, que l’on distingue grâce à leur couleur -, qui comporte un schéma à reproduire le plus vite possible, avant de crier "Déblok !". Mais attention aux multiples pièges dans lesquels il est tentant de se glisser par facilité…

On a testé. D’abord réticents - "oh non, pas encore un de ces jeux de logique, c’est toujours toi qui gagnes" (fierté de maman !) - les enfants ont rapidement compris le principe et quand ils se sont mis à battre leurs parents, le bonheur a été à son comble. Toutes les combinaisons proposées sur les cartes sont évidemment réalisables, il faut juste réfléchir un peu et ne pas s’obstiner quand la combinaison tentée ne fonctionne pas. Autour de la table, on a entendu au moins vingt fois "mais non, là vraiment, ce n’est pas possible." Pourtant si. Et c’est justement ça qui est très amusant. Surtout quand on gagne…

Déblok ! (Fox Mind), 6 ans et +, 1 à 4 joueurs, 30 minutes, environ 25 €

© D.R.

On se met à l'aquarelle

Vous auriez voulu être un artiste ? Vous encouragez les talents de vos enfants ? Alors les Aquarellum sont pour vous. Car il y en a pour tous les âges, des plus simples aux plus compliqués. Des petits animaux faciles, des fleurs, des papillons mais aussi des mandalas, de grands chats. Chaque boîte contient des aquarelles et des motifs sertis sur papier vélin. Ce qui signifie que les formes sont délimitées et que les couleurs ne peuvent pas se mélanger. Quelques gouttes de couleur et c’est tout un monde qui s’ouvre sous vos doigts. Le motif apparaît peu à peu, on peut repasser un peu d’aquarelle pour que la couleur soit plus intense et on peut aussi initier les petits aux mélanges de couleurs et au cercle chromatique. Rouge + jaune = orange, etc. Un passe-temps qui demande un peu de patience mais qui apporte aussi, à l’instar des coloriages, une belle dose de sérénité…

Aquarellum (Sentosphère), à partir de 6 ans, prix variable en fonction des boîtes

© D.R.

Inventer des histoires

S’il vous arrive de dire à vos enfants "Mais où vas-tu chercher tout ça ?", vous allez vous régaler avec Story Cube. Car le principe de ce jeu où il n’y a ni gagnant, ni perdant, c’est de s’inventer des histoires. Dans cette version "max" (et de voyage, quand on pourra à nouveau…), neuf gros dés qui, affichent, chacun, six dessins différents. Soit 54 éléments que l’on va pouvoir faire entrer dans l’histoire, en laissant libre cours à toute sa fantaisie. Puisqu’à chaque lancer, les combinaisons changent et que chaque partie est forcément différente de la précédente. Des millions de possibilités multipliées par le nombre d’imaginaires qui participent à la construction des aventures. Un avion, un coffre aux trésors, un sous-marin, un singe, des lunettes et des notes de musiques et c’est parti !

Story cubes max éditions (Asmodee), 6 ans et +, un joueur et… autant que vous voulez, 20 minutes, 15 €.

© D.R.

La poésie des profondeurs

D’abord, quelques mots sur le look du jeu lui-même car Noctiluca est vraiment très beau, plein de poésie un peu étrange, qui emmène dans le monde lointain du bassin de Cerulean. C’est là, dans les profondeurs reculées de la jungle, que vivent les Noctiluca (du nom d’une espèce d’algue unicellulaire). D’ordinaire calme, la vie devient plus chatoyante quand, durant les nuits les plus chaudes, ils se réveillent… Votre but ? En tant que plongeurs chevronnés, il vous faudra explorer les bassins et remonter les Noctiluca dont vous avez besoin. Mais pas n’importe comment ! Avant de faire le grand saut, il vous faudra réfléchir au chemin que vous allez emprunter pour récolter ces petites créatures aux couleurs de l’arc-en-ciel. Pas de temps à perdre, toutefois, les guérisseurs vous attendent car les Noctiluca ont ceci de particulier qu’ils peuvent soigner bien des maux. Plus vous en remonterez et plus vous serez récompensé par les guérisseurs.

On a testé. Après des explications un peu fastidieuses (on vous conseille vivement la lecture des règles pour éviter les disputes ensuite) et quelques tours de jeu, on se laisse envoûter par la magie de ce monde imaginé par Shem Phillips.

Noctiluca (Z-man Games), 8 ans et +, 1 à 4 joueurs, 30 à 60 minutes, 30 à 35 €.

© D.R.

Des banderoles de soutien

Confinés à la maison, les enfants attendent chaque soir que 20 heures sonnent pour aller applaudir à la fenêtre. Un petit geste citoyen important pour nombre d’entre eux. Après avoir discuté avec eux, et ayant constaté qu’ils sont parfaitement conscients des efforts demandés aux soignants, au personnel médical et à tous ceux qui nous rendent la vie plus facile, on s’est rendu compte qu’ils avaient envie de faire plus, de montrer davantage leur soutien.

Alors, on a, comme ce petit Alexi sur notre photo, découpé un grand drap sur lequel on a tracé en grosses lettres "Merci aux soignants". Sans oublier d’y ajouter un grand cœur qui dit tout l’amour et le respect qu’on leur doit.

Un morceau de drap, de la peinture et des gros feutres : il ne vous faudra rien de plus pour communiquer un peu de joie à ceux qui, passant dans la rue, liront les quelques mots d’espoir qui débordent du cœur des plus jeunes.

© D.R.

Une armée de petits personnages

On a beaucoup commenté l’achat compulsif de papier toilette ces dernières semaines. Mais une fois les rouleaux vides, pourquoi jeter les tubes en carton ? Avec un peu d’imagination, quelques bouts de ficelle et de la peinture, ces rouleaux deviendront une véritable petite armée de personnages avec lesquels vous pourrez imaginer toutes les histoires du monde. Choisissez un thème - les chevaliers, les Minions, les princesses - et constituez votre propre petite famille de personnages en carton. Sur l’étagère des chambres d’enfants, ils seront, plus tard, autant de souvenirs de cette drôle de période que nous sommes tous en train de traverser.

© SHUTTERSTOCK

Des bateaux bien rigolos

En avant, les pirates et les marins d’eau douce ! C’est le moment ou jamais de faire montre de toute votre créativité. On récupère tout ce que l’on peut : des cartons de lait, des boîtes à chaussures, des grosses bouteilles en plastique et vogue la galère !

Dans une boîte en carton, sur le couvercle, on découpe deux trous du diamètre d’un rouleau de papier toilette vide (on peut demander aux parents, évidemment) pour y glisser les cheminées des gros paquebots. Ensuite, on peint le tout, on invente des hublots, une ancre en ficelle. Les bidons, eux se transforment en petits navires ou en voiture familiale. Un peu de colle, quelques bouchons pour les roues et voilà un jouet fait maison rien qu’avec des objets de récupération !

© SHUTTERSTOCK

Y'a pas que George qui recycle

Papa et/ou maman sont de gros consommateurs de café ? Comme le dit une pub bien connue "George, on recycle". Mais cela vaut aussi pour Pierre, Paul, Jacqueline et Zora ! Une fois le café avalé, on ôte l’opercule en alu, on enlève le café, on passe sous l’eau et on laisse sécher. Ensuite, on s’amuse à créer mille et un petits objets. Ce serpent (voir photo), par exemple, mais on peut aussi constituer une couronne que l’on suspendra à la porte à Noël, des minis personnages - une capsule pour le corps, une pour le chapeau, une balle de ping-pong entre les deux pour la tête. Il suffit d’entrer "bricolage capsule nespresso" dans un moteur de recherche pour avoir des centaines de bricolages faciles à réaliser. Pour les plus délicats, on a même vu des capsules qui servaient à accueillir de toutes petites plantes, devenant ainsi autant de mini-cache-pots…

© D.R.