Des hommes hystériques, on n'en parle jamais ! Comme de l'âge des acteurs par exemple... Florilège de ces préjugés et états de faits qui collent à la peau des femmes.

Il y a des mots, des stéréotypes, des faits, des ressentis qui accompagnent les femmes. Un bagage à porter plus ou moins lourd car plus ou moins rempli pour chacune, mais toujours témoin d'une inégalité des genres.

Hystérie. “Au XIXe siècle, les psychologues des foules leur attribuent les excès de la Révolution”, écrit Michelle Perrot dans “La place des femmes : Une difficile conquête de l’espace public”. “S’il arrive une catastrophe, cherchez la femme”. C’est par ce principe que les féminismes sont souvent décrits comme agressifs, rassemblement “d’hystériques”.

Violences (faites aux femmes). Psychologiques, physiques, sexuelles ou institutionnelle. 98 % des femmes sont victimes de harcèlement dans les lieux publics. 14,5% d’entre elles ont subi des violences sexuelles au cours de leur vie, contre 3,9% des hommes âgés de 20 à 69 ans.

Horloge biologique. L’actrice Eva Mendes, 46 ans, à qui on parle de son âge comme un problème. Personne ne penserait à interpeller Patrick Dempsey à ce sujet. Etc.

Plafond et murs de verre. Il y a même un “sol collant” : les femmes décollent plus tard dans leur carrière, elles sont payées moins (20 % en moyenne) que les hommes et exercent plus souvent leur métier à temps partiel.

Sexisme. Comment résumer l’ensemble de ces phrases qui continuent à inférioriser, à maintenir le rapport dominant/dominé ? Un exemple : “Je vais expliquer de façon plus simple en utilisant un exemple avec les soldes qui se déroulent actuellement pour que les filles comprennent plus vite”.

Sous-représentation. Dans la politique, les postes à responsabilité, les médias, les temps de parole, les portraits sur Wikipedia, dans les expertises…

Taxe rose. Les produits de consommation quotidienne destinés aux femmes coûtent plus cher.

Charge mentale (double journée). La charge du foyer pèse toujours bien plus sur les femmes.

Auto-censure. Inconsciente “Je ne serai jamais capable” ou consciente “Mieux vaut que je la ferme” suite à une remarque.

Invisibilisation. Noms de rue, un seul et unique Oscar féminin, peu de tableaux d’artistes femmes dans les musées,…

Catégorisation. Le système de normes hiérarchisées construit et intériorisé dès le plus jeune âge conduit nombre de jeunes filles à s’orienter vers des carrières dites féminines, notamment le “care”.