© D.R.

J'écoute le manque d'amour de Jofroi

Le chanteur Jofroi fait le buzz avec «Si ce n’était manque d’amour», qui résonne doublement aujourd’hui. Il rêvait de constituer un orchestre virtuel composé de la plupart des musiciens, réunis depuis leur «encabanement», ainsi qu’un chœur d’amis, spectateurs fidèles ... de France, de Belgique, du Québec, de la Réunion… C’est désormais chose faite. Après sa voix grave et chaude en solo, se profilent celles d’autres choristes, d’amis musiciens, qui, au violon, à la contrebasse, à la flûte traversière, ou à la calebasse, accompagnent les notes de sa guitare sèche. Une mosaïque de voix et de notes qui emportent. L.B.

http://www.jofroi.com/jofroi-video-manque-d-amour-printemps%202020.html

Je me souviens de “Timbuktu” et de “Persepolis” à Cannes

Deuxième étape du festival virtuel “Il était une fois Cannes”, proposé par le distributeur Cinéart (cf. LLB du 11/5). On remonte le temps jusqu’en 2014 avec le choc Timbuktu, dans lequel le grand cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako racontait la chute de Tombouctou aux mains des jihadistes. Un très grand film étonnamment boudé au palmarès cannois (mais qui triompha ensuite aux César). Tandis qu’on se régalera avec Persepolis, prix du jury en 2007, adaptation par la dessinatrice franco-iranienne Marjane Satrapi (avec l’aide de Vincent Paronnaud) de sa bande dessinée autobiographique homonyme. Un chef-d’œuvre de l’animation ! H.H.

J'apprends à danser avec une étoile

Et ce même si je ne suis que débutant. Germain Louvet, danseur étoile au ballet de l’Opéra national de Paris, propose, sur YouTube une leçon de danse classique, dans un cadre idyllique. Sans chichi, et décrivant lentement les mouvements qu’il réalise, on se sent presque capable de faire la même chose que lui. L’idée ? Pas spécialement devenir étoile mais “se délier, se détendre (danser en chaussettes, comme lui), voire même s’évader – quand on tente un petit saut de biquet ou l’autre… À l’issue de la leçon d’une demi-heure, le danseur nous confie qu’il est “pressé de remonter sur scène, et de nous revoir dans les salles de spectacle à la rentrée”. A.V.