Je fais un détour avec Michel Gondry

C’est une quasi-certitude : l’Europe ne partira pas sur les routes durant les vacances de Pâques. Pour compenser, offrons-nous onze minutes d’évasion avec un charmant court métrage du toujours créatif Michel Gondry. Détour (2017) conte le périple d’un petit tricycle rouge, tombé de la voiture d’une famille, en route pour le Sud de la France. Sa petite propriétaire est malheureuse, on s’en doute. Mais aidé par les circonstances et animé d’une ténacité, le vélocipède poursuit sa route par monts, par vaux et par autoroute. Le studio Pixar en ferait un dessin animé en images de synthèse. Mais le réalisateur d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind n’utilise que des trucages caméra. Même son happy end sort des sentiers battus. Et l’émotion amusée nous étreint tout du long. Une échappée belle en ces temps confinés. Et, pourquoi pas, une source d’inspiration : Michel Gondry a entièrement réalisé cette récréation avec un IPhone 7 Plus. À vos portables !

Je plonge dans les Bruegel

Les chefs-d’oeuvre de Bruegel l'Ancien continuent à nous fasciner. Le musée des Beaux-Arts de Bruxelles obligé de fermer ses portes permet de voir en accès libre, de tout près, avec les explications, l’oeuvre de Bruegel de manière virtuelle. La technologie du Gigapixel permet de numériser un tableau jusque dans ses moindres détails et d’agrandir l’image comme jamais auparavant. Les Bruegel l’ancien du musée dont le merveilleux La chute des anges rebelles et une douzaine de copies réalisées par ses fils et disciples ont été scannées avec une très haute définition. On découvre la collection des Bruegel virtuels en gigapixel ici sur le plate-forme de Google Arts & Culture. G.Dt

Je révise l’histoire de l’anarchie

Alors que la crise du coronavirus nous oblige à repenser la société dans laquelle nous vivons, pourquoi ne pas replonger (sur Arte.tv ou YouTube) dans Ni Dieu, ni maître, fantastique histoire de l’anarchie réalisée en 2016 par Tancrède Ramonet ? En deux “livres” – La Volupté de la destruction (1840-1914) et La Mémoire des vaincus (1911-1945) –, le fils de l’ancien directeur du Monde diplomatique Ignacio Ramonet revient sur un courant politique finalement peu connu, souvent réduit à la caricature. À travers ses grandes figures (Proudhon, Bakounine, Kropotkine…) et ses grands combats pour la justice sociale, le documentariste retrace l’histoire compliquée de l’anarchisme , “né du capitalisme et frère ennemi du communisme d’État”, en compagnie de spécialistes du mouvement ouvrier et grâce à de superbes images d’archives, souvent inédites. Passionnant ! Vivement la suiteH.H.