C’est impossible que de Funès ne nous influence pas, car il n’y a pas un humoriste qui monte sur scène en France et qui ne sait pas que Louis de Funès a existé, estime-t-il. Certains ne connaissent pas Raymond Devos, certains ne connaissent pas Fernand Raynaud, mais Louis de Funès, ce n’est pas possible !
Il complète : “Il y a toujours quelque chose à apprendre de ces artistes-là. Pour moi, qui fais surtout de l’humour plutôt verbal – je n’ai pas une grande utilisation du corps – c’est très impressionnant de voir travailler ces comédiens qui, par une mimique, une inclinaison de corps, un geste, parviennent à faire rire une salle. Et surtout, magie du truc, des gosses. Il y a un côté clownesque qu’on envie. Alors, quand j’écris un sketch, je ne peux pas dire que de Funès soit le premier auquel je pense en règle générale”, reprend-il.

Mais, au-delà, “dans toutes les répliques, dans toutes les façons où il pose sa voix, l’intonation, où il rythme les dialogues, il est très, très fort. Et, pour le coup, pas daté”.