La chanteuse était aux côtés de l'association KickCancer pour soutenir leur combat : obtenir davantage de moyens pour lutter contre les cancers pédiatriques.


Dans la salle de gym de l'école primaire du Groupe Tenbosch, à Ixelles, une vingtaine d'élèves attendent la venue d’une invitée très spéciale. Des enfants sourient, d'autres tapent du pied. Et puis, elle arrive. Vêtue d’un trench beige, un pull bleu et des chaussures vernies noire, Angèle débarque dans la pièce.  Quelques instants plus tard, sa tenue n'est plus la même. Elle porte désormais un t-shirt blanc, exactement le même que celui des enfants. Dessus est écrit en noir “Kickcancer” et en rose “Run to kick”.

Des élèves de l'Ecole primaire du Groupe Tenbosch quelques minutes avant l'arrivée de la chanteuse Angèle. © Audrey Morard

Kickcancer, c’est l’association qu'Angèle est venue soutenir ce lundi 27 mai. Comme son nom l’indique, KickCancer lutte contre le cancer, mais surtout contre un cancer : celui des enfants. Delphine Heenen en est la fondatrice. Alors qu’il a moins de neuf ans, son fils Raphaël développe une tumeur dans le pied appelée rhabdomyosarcome. Plus simplement, il s’agit d’un cancer du pied. Après une rechute, Delphine et sa famille constatent que les innovations et les traitements destinés au cancer des enfants sont insuffisants. Elle crée KickCancer.

"Montrer qu'on est forts tous ensemble"

Le 29 septembre prochain, l’association organise la course Run To Kick à Drohme Park, sur l’ancien site de l’Hippodrome d’Uccle Boitsfort. L’objectif ? Récolter des fonds pour soutenir la recherche contre le cancer des enfants. Les coureurs s'engagent à lever des fonds auprès de leurs familles, amis ou collègues (au moins 200€ ou 100€ pour les enfants et les étudiants). 

En Belgique, 450 nouveaux cas de cancer pour enfants sont décelés chaque année” indique Céline, une des membres de KickCancer. Sa fille a développé une tumeur cancéreuse à l’âge de 8 mois. Quatre ans plus tard, elle est en rémission. Elle déplore un manque d’investissements. “ Ce n'est pas aussi important que pour les adultes. Le marché n'est pas assez grand”. D’autant plus que les effets secondaires des médicaments actuels peuvent être néfastes : “sur le long terme, des enfants peuvent développer d’autres cancers ou être touchés par d'importants problèmes cardiaques” explique Céline.

Delphine Meenen, la fondatrice de KickCancer, s'est dite "très fière d'avoir Angèle comme marraine". © Audrey Morard

Consciente de sa notoriété, Angèle la met au profit de KickCancer “J’ai compris que cela pouvait apporter beaucoup. Je n’ai pas hésité une seconde. Une notoriété pareille, aussi rapide, j’ai envie qu’elle serve à être autre chose qu’à moi. Qu’elle puisse servir entre guillemets. Qu’elle fasse passer de beaux messages”.

La chanteuse courra pour Run To Kick le 29 septembre. “Le ton de cet événement, c’est de montrer que le cancer des enfants est quelque chose de tellement dramatique, triste. On a besoin d’en parler de manière légère, de montrer qu’on est forts tous ensemble”. En attendant de fouler le sol du Dhorme Park, Angèle a assisté à un petit concert de la part des enfants. Ils lui ont interprété l’un de ses succès “Balance ton quoi” en choeur. Attendrie par cette jolie attention, Angèle les a écoutés, assise en tailleur, avant de leur lancer, "je vais vous prendre en concert avec moi”.

Inscriptions pour la course Run To Kick : ICI