Le jeu Animal Crossing : New Horizon s’est vendu à près de 14 millions d’exemplaires depuis sa sortie, le 20 mars.

Dire qu’il est addictif serait un euphémisme. Depuis qu’il a atterri sur la console Switch de nos enfants, le jeu Animal Crossing : New Horizon a balayé tous les autres. Au placard, les Pokemon. Au clou, Mario Kart. Ils n’en ont plus que pour ces îles du bout de nulle part, où il n’est question ni de compétition ni de combat mais, tout simplement de créer un environnement agréable, de rencontrer ses amis, d’accumuler des "clochettes" - l’argent, poétiquement rebaptisé - afin de pouvoir prendre des petits avions pour se rendre dans les archipels voisins peuplés d’amis ou d’inconnus. Ici, on pêche (beaucoup), on construit sa maison - au départ, une tente -, on fait pousser des fleurs, on attrape des insectes et on essaie de réunir toutes les espèces que l’on accroche à son tableau de chasse ou que l’on offre au musée, en se targuant ensuite d’une jolie plaque au nom du donateur.

Le meilleur des mondes, Animal Crossing : New Horizon ? Dans un papier publié dans Le Monde, daté du 8 mai, on parle du "grand jeu du confinement", tant il aura été présent pendant la pandémie. Et tant il aura rassemblé d’adeptes en un temps record. Sorti le 20 mars, le jeu s’est écoulé à 11,77 millions de copies en seulement douze jours. En six semaines, ce chiffre est passé à 13,41 millions.

L’enfermement y est, évidemment, pour quelque chose. Quand, au dehors, l’univers semble hostile - approcher ses semblables à moins d’un mètre cinquante peut être mortel, avouez qu’il y a de quoi avoir la pétoche -, gambader sur une île virtuelle, s’adonner à des tâches simples et pouvoir faire des "checks" à ses amis à quelque chose de profondément rassurant. Ce qui explique que ce nouvel épisode d’Animal Crossing connaisse un succès aussi considérable.

Né au Japon en 2001, ce jeu de simulation de vie ne nous est parvenu qu’en 2004. L’année suivante, Animal Crossing : Wild World est disponible sur les Nintendo DS puis sur la Wii U. En 2013, le géant nippon passe à la vitesse supérieure en lançant Animal Crossing : New Leaf. Pour la première fois, les joueurs peuvent se glisser dans la peau du maire du village. Mais c’est véritablement la dernière évolution du jeu, New Horizon, qui remporte tous les suffrages.

S’il est destiné aux enfants, qui peuvent créer leur petit avatar, il surfe aussi sur l’envie des plus jeunes à être dans le vent : à la boutique, ils peuvent échanger des clochettes contre des vêtements tendance ou des meubles design pour leur habitation. Ados et adultes s’en étant emparés, on a vu également la spéculation s’inviter dans ce monde si délicat, avec toutes les dérives y afférentes.

Dernièrement, la spéculation sur les navets allait bon train. On ne refait pas les "grandes personnes", même quand elles sont virtuelles…