A environ 900 kilomètres au sud de Darwin, dans une petite bourgade australienne baptisée Lajamanu, une nouvelle langue est apparue : le Light Warlpiri. Métissage de la langue de Shaekespeare, de Warlpiri (le dialecte traditionnel utilisé dans plusieurs villages du pays) et de créole, cette langue est aujourd'hui parlée par 600 personnes, rapporte le New York Times.

D'après les scientifiques, le Light Warlpiri n'en serait qu'à ses balbutiements et - particularité amusante – ne serait parlée que par les moins de 35 ans ! Pour des raisons encore inconnues, ce sont les enfants du petit village perdu de Lajamanu qui en seraient les jeunes inventeurs. Sans raison apparente, puisque le Warlipiri servait déjà de moyen de communication.

Créé par et pour les jeunes, le Light Warlpiri n'est donc connu que des jeunes parents qui l'enseignent à leurs enfants. Malgré leur apprentissage de l'anglais dès le plus jeune âge, c'est bien le Light Warlpiri que les adolescents choisissent de parler entre eux lorsqu'ils partent au collège.

Carmel O’Shannessy, professeure de linguistique à l'Université de Michigan, passe depuis une décennie plusieurs semaines dans le village par an. Grâce à ses études, on sait désormais que la langue dispose de sa propre grammaire. La chercheuse a rapporté les subtilités de cette nouvelle langue aux sonorités parfois étonnantes, mêlant des expressions du Warlpiri et des termes empruntés de l'anglais à d'autres mots inventés de toutes pièces (voir vidéo).

D'après elle, l'invention du Light Warlpiri jouerait un rôle important dans la construction de l'identité des jeunes de Lajamanu. La petitesse et l'isolement du village auraient fait le reste, en permettant à la langue de se développer. Lajamanu est en effet si difficilement accessible qu'un avion apporte deux fois par semaine le courrier et un camion de la nourriture et de l'équipement chaque semaine à la boutique du village. "Le Light Warlpiri semble plutôt solide," estime Carmel O'Shannessy. Si les aînées veulent préserver leur langue traditionnelle, il ne survivra pas, mais je ne pense pas que ce sera le cas. »