Les vols de longue distance, par leur durée, sont bien souvent assez déplaisants. Mais les vols court-courriers peuvent également se révéler être de véritables supplices. Entre le manque de place, des passagers bruyants, les pleurs de bambins et l'impossibilité de dormir, les voyageurs n'ont souvent qu'une hâte : mettre pied à terre. British Airways a réalisé une enquête, auprès de 2000 Européens(*), sur le comportement des passagers lors des vols de courte distance.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne précise que "les voyageurs sont essentiellement irrités par d'autres trop bruyants. Le deuxième sujet d’irritation concerne la nourriture et les boissons qu'il faut payer à bord. Ces articles sont particulièrement chers et le rapport saveur-prix est désastreux". Résultat : 27 % des Belges emportent leurs propres sandwiches, contre 37 % des Néerlandais et 18 % des Français. Par contre, les Belges seraient ceux qui consomment le plus de boissons dans les airs.

Dans son enquête, British Airways a également demandé ce qui pourrait rendre le vol court-courrier plus agréable. "Près de 65 % des passagers interrogés aimeraient avoir accès à internet. Près d'un quart des répondants aimeraient utiliser leur portable à bord de l’avion ou feuilleter un magazine numérique. Certains rêveurs voient même les choses en grand : un divertissement individuel en 3D, un espace séparé pour les enfants – avec des nounous – et un avion doté d’un toit panoramique", peut-on lire dans le communiqué.

Et que faites-vous pour passer le temps à bord ? Les répondants ont affirmé avant tout préférer bavarder. D’après l’enquête, "les Polonais se révèlent être les plus sociaux : 37 % d’entre eux discutent avec leur voisin". Et le pays le plus asocial ? La Belgique ! "Seuls 16 % des Belges disent apprécier discuter avec des inconnus à bord de l’avion. Que faisons-nous à bord, dans ce cas ? 82 % des Belges préfèrent se plonger dans un livre", affirme la compagnie aérienne.

Finalement, d'autres chiffres nous apprennent que les Belges n'excellent pas dans la ponctualité. 31 % des participants belges indiquent arriver à l’aéroport seulement 45 minutes avant le décollage. Dans ce registre, les plus ponctuels sont les Allemands, dont seulement 12 % arrivent si tardivement.

(*)Cette enquête a été menée en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Roumanie, en Pologne et en Belgique auprès de 2000 personnes voyageant au moins deux fois par an en avion.