Si le Mondial brésilien ne leur avait offert que 180 minutes d'exposition télévisuelle, dans l'ombre des supportrices locales, la Coupe d'Asie des Nations permet aux supportrices iraniennes d'attirer le regard des caméras vers les tribunes d'Australie. Des fans souvent très légèrement vêtues pour supporter les températures de l'été australien en même temps que leur sélection nationale.

Car l'importante communauté iranienne qui vit en Australie - environ 70.000 personnes - n'est visiblement pas adepte de l'habit traditionnel. Nos confrères du Telegraph annoncent même qu'il a été demandé aux joueurs de la sélection nationale de ne pas prendre de selfie avec ces supportrices un peu trop promptes à montrer l'un ou l'autre bout de peau. Ali Akbar Mohamedzade, membre de la fédé iranienne, explique : "Nous n'autorisons pas les joueurs à poser avec des fans du sexe féminin pour des selfies , car il existe un danger que de telles photos soient utilisées politiquement contre notre pays." Et d'ajouter que "les joueurs qui ne se plient pas à cette consigne auront des sanctions."

La peur d'une utilisation politique de la plastique des Iraniennes d'Australie devrait se prolonger du côté de Téhéran, puisque la sélection s'est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe d'Asie sans concéder le moindre but. Le gouvernement iranien risque donc encore de devoir réprimer "certaines photos exposées sur les réseaux sociaux [...] prises avec des gens dont l'apparence est considérée comme contraire à nos principes moraux."