Des écoles conseillent aux parents de munir leurs enfants de gels hydro-alcooliques pour une hygiène des mains plus contrôlée. Mais est-ce une si bonne idée ?

Dans certaines écoles primaires belges, on demande aux parents des enfants de les munir de solution anti-bactérienne afin qu'ils puissent s'occuper de l'hygiène de leurs mains plus fréquemment et de façon plus contrôlée par l'enseignant. Une volonté de bien faire louable... Mais est-ce véritablement une si bonne idée sur la longueur ?

Comme les spécialistes de la santé le rappellent, rien ne vaut le lavage à l'eau courante et au savon qui permet de tuer et d'emporter tous les germes, saletés et bactéries des mains. "Et il ne faut pas oublier les poignets", rajoute le professeur Tennstedt, dermatologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc. Les solutions hydro-alcooliques, elles, ont un effet "désinfectant" grâce à l'alcool isopropylique et/ou alcool à 70° qu'elles contiennent : "L'alcool est l'un des meilleurs anti-bactériens, il tue tout. Côté virus, ce n'est pas absolu mais il agit sur certaines souches".

Le spécialiste le souligne, la solution hydro-alcoolique est de toute façon utile dans le plan de désinfection et d'hygiène accrue souhaitée en cette période de phase 2 due au coronavirus. Mais n'y a-t-il pas un risque dû à une utilisation prolongée de ces gels et solutions ? "La réponse n'est pas si simple que cela pour un dermatologue", estime le professeur, "Ces produits sont desséchants et agressifs parce que leur principe actif principal, l'alcool, l'est".

Le parfum est très allergène

Un adulte et a contrario un enfant dont la peau est plus fine va peu à peu voir ses mains se dessécher voire démanger à cause d'une irritation cutanée. "Une bonne crème hydratante le soir s'impose s'il y a utilisation prolongée". Mais le médecin nous alerte surtout sur la présence de parfum dans ces produits. "Le parfum est le 2e allergène le plus important après le nickel", explique-t-il. "Alors avec une utilisation irrégulière, on peut accepter des molécules parfumées dans les gels grand public mais pas en cas d'utilisation prolongée ni si l'on fabrique son gel soi-même !"

Car le professeur Tennstedt est catégorique : les gels  à l'aloe vera (dans une moindre mesure) et surtout ceux auxquels on ajoute des huiles essentielles comme la lavande qui est très allergisante, sont à éviter. "Je vois passer toutes ces vidéos où l'on montre comment faire son gel soi-même et je me dis que dans quelques semaines, je risque de rencpntrer des patients avec des mains malmenées et des allergies qui vont venir consulter".

Les enfants qui ont de l'eczéma, une peau atopique ou un terrain allergique ne devraient avoir recours à ce genre de produits qu'avec parcimonie, comme les adultes d'ailleurs. Mieux vaut confier à tout écolier, pour aller à l'école, un gel désinfectant accompagné d'essuie-tout jetables.