Magazine

Voici le bêtisier de fin d’année du meilleur du pire du tribunal correctionnel de Tournai. Prévenus, avocats ou même encore présidents du tribunal, voici un petit florilège de leurs déclarations.

"Bien sûr, je ne peux que reconnaître les faits de vol qui me sont reprochés. Mais je n’avais pas le choix, passer le permis de conduire, cela coûte cher…". (Un prévenu qui a dû comprendre que voler une table de mixage aussi…, le 13/01).

"Oui, ce soir-là, je reconnais que j’avais bien été boire un verre chez ma belle-sœur. Elle dit que je l’ai étranglé et secoué ? Ce n’est pas possible ! Enfin, si elle le dit, c’est que c’est vrai…". (Un prévenu qui a visiblement une confiance aveugle en sa belle-sœur, le 19/01).

"À la base, on s’était juste battu contre ces deux personnes pour rigoler. Mais ça faisait mal, on a alors décidé de frapper plus fort". (Un prévenu qui aurait mieux fait d’écouter Les Coups de Johnny Hallyday, le 01/06).

"C’est vrai que je n’avais pas à lui porter de coups de poing, mais il faut dire que j’avais tellement peur de la perdre…". (Un prévenu qui a une drôle de manière de montrer son affection, le 09/06).

Un homme, en détention préventive, vient d’apprendre qu’il est condamné à vingt mois d’emprisonnement ferme. Sa première réaction : "Et ma voiture, je peux la récupérer ?". (Chacun ses priorités…, le 07/09).

"Des gens que je ne connaissais pas sont venus me voir et m’ont demandé si je pouvais louer des voitures. J’ai accepté car je pensais que c’était pour un déménagement, je n’avais pas pensé un instant à un trafic de drogue…". (Un prévenu qui a peut-être un lien de parenté avec le fameux Jawad Bendaoud, le 08/07).

"Je ne veux évidemment pas aller en prison, je suis donc d’accord pour effectuer une peine de travail. Mais c’est payé combien au juste ?". (Une remarque qui a quelque peu énervé le président du tribunal, le 01/09)

"Il est clair que je n’avais pas à frapper Marie-Jeanne. Surtout qu’elle s’habillait correctement et qu’elle me faisait toujours bien à souper." (Un prévenu qui a une drôle de vision de la femme, le 01/09).

"À votre âge, vous devriez plutôt passer vos après-midi à regarder Derrick ou Des chiffres et des lettres plutôt que d’importuner vos concitoyens !". (La présidente du tribunal, qui a de bonnes références télévisuelles à conseiller, le 08/09).

"Mon client n’est pas un fraudeur, loin de là. On pourra plus facilement dire de lui qu’il est simplet, naïf, négligent, dépassé,…". Autre chose ? (Un avocat qui sait comment mettre en avant son client, le 15/09).

"Dix mois d’emprisonnement juste pour deux baffes ? Vous êtes sérieux ?". Oui, le tribunal l’était. (Un condamné qui n’en revient toujours pas, le 29/09).

"Je sais que je suis vite dépassée par les nouvelles modes mais vous n’allez quand même pas me faire croire que danser devant des policiers en leur faisant des doigts d’honneur est la dernière tendance !". (La présidente du tribunal à un prévenu poursuivi pour un fait d’outrage, le 20/10).

"Je reconnais que je suis violent quand j’ai trop bu. D’ailleurs, j’ai enfin pris conscience que j’avais un réel problème d’alcoolémie. J’ai donc arrêté de boire, j’ai commencé ce matin." (Un prévenu qui n’avait pourtant pas l’air très frais…, le 03/11).

"On fait passer cette affaire comme étant celle du siècle alors que le dossier répressif est aussi mince qu’un sandwich de la SNCF." (Un avocat qui reste visiblement sur sa faim, le 22/12).