Des clowns, des comédiens et des mimes vont se transformer en "agents de silence", la nuit à Paris, dès la fin mars, pour tenter avec humour de faire entendre raison aux fêtards bruyants et aux fumeurs bavards devant les bars, restaurants et discothèques.

Importé de Barcelone, ce dispositif inédit en France sera déployé chaque fin de semaine dans les quatorze quartiers parisiens les plus festifs. Dix arrondissements seront concernés.

Lutter contre les nuisances de voisinage est l'une des principales conclusions des premiers Etats généraux des Nuits parisiennes organisés par la Mairie de Paris, à la suite de l'observation de nouvelles incivilités nées de l'interdiction de fumer dans les bars et restaurants, transformant les trottoirs en lieux de conversation au grand dam du voisinage.

Tout en réaffirmant à la fois le "droit à la fête" et le droit à la tranquillité pour les Parisiens qui veulent dormir, la Mairie de Paris a décidé notamment de subventionner une nouvelle association chargée de la médiation "pour un usage optimal de la nuit" et regroupant la Chambre Syndicale des Cabarets et Discothèques et le Réseau MAP (Musiques Actuelles à Paris) qui fédère une cinquantaine de salles de concerts.

A titre expérimental depuis novembre dans quatre arrondissements parisiens, des "agents de silence" baptisés "Pierrots de la Nuit" utilisent la méthode douce pour inciter les clients des bars et restaurants à baisser d'un ton.

A l'aide de saynètes humoristiques ou de numéros de mime, clowns, comédiens et autres "chutteurs" reconnaissables à leur nez rouge, invitent au silence ou à parler à voix basse d'un geste explicite: l'index posé sur la bouche.

Très bien accueillies, avec des premiers résultats encourageants, ces "brigades pacifiques d'interventions artistiques nocturnes" ont pour mission de faire comprendre que "le silence n'est pas une répression mais une nouvelle forme de partage" et que l'on peut "rester éveiller sans réveiller les autres".

"Ces artistes feront passer le message d'un comportement plus attentif au voisinage dans la rue, en faisant prendre conscience que l'on ne peut créer une nuisance et s'en moquer", souligne Renaud Barillet, président de Pierrots de la Nuit.