Dans notre mode d’alimentation occidental, nous tirons 55 à 70 % d’énergie des glucides et les chiffres montent dès que l’on s’envole du côté du continent nord-américain. La nourriture transformée si facile d’accès nous pousse à consommer facilement, sans trop nous poser de questions. Et quand on a faim… on mange. Mais avez-vous remarqué que quand on ne mange pas, on a souvent… faim ?

Une sorte de cercle vicieux que l’on doit interrompre si l’on veut perdre du poids. Tous les nutritionnistes vous le diront : pour maigrir, il faut rééquilibrer son alimentation et faire de l’activité physique. Mais parfois cela ne fonctionne pas, ou mal. Que faire ?

Heureusement de plus en plus de "régimes alimentaires" (dans le sens façon de s’alimenter) spécifiques voient le jour depuis quelques années : jeûne intermittent (ou 16/8) ou jeûne sur de plus longues périodes, low carb soit apport modéré en glucides, régime cétogène… Ils ont tous le même fondement : ils ne s’appuient pas sur la restriction calorique, ne condamnent pas directement le gras mais prennent en compte la biochimie du corps et notamment le travail des hormones. Ainsi du livre La Vie dans le jeûne (Éd. Eyrolles), du Dr Jason Fung. Cet expert mondialement reconnu travaille particulièrement avec les personnes en surpoids et les diabétiques de type 2. Il a montré à quel point le jeûne est une solution miracle pour soigner le surpoids et le diabète et autres troubles métaboliques grâce à la diminution du sucre dans l’alimentation… Le sucre, tout vient de là !

"Si vous avez l’habitude de consommer des glucides en quantité, des graisses et des protéines ensemble, comme souvent en Occident, votre corps privilégie le glucose (glucide) comme source d’énergie car le sucre est plus facile à convertir pour lui", explique Pascale Naessens, auteure de livres de recettes pauvres en glucide et qui n’a cessé de faire des recherches sur les meilleures façons de s’alimenter. Son nouvel ouvrage Ma Cure céto, une nouvelle vie en 14 jours explique de façon scientifique comment l’on peut passer de cette alimentation trop riche en glucide à une autre, celle qui soutient le corps pour brûler des graisses et des cétones.

En fait, plus on mange de glucides, soit des pommes de terre, des pâtes…, "plus le sucre sanguin augmente. Le pancréas se met alors à produire de l’insuline, (dite "hormone du sucre", NdlR), qui va laisser le sucre dans les cellules soit le stocker sous forme de graisses". On a l’énergie du sucre par pic, ce qui produit coup de barre et envie de manger soudaine et régulière. On retombe dans ce fameux cercle vicieux, contre notre volonté !

En revanche, "si l’on mange peu de glucides, le sucre sanguin baisse, l’organisme mobilise les acides gras stockés, les acides gras sont transformés dans le foie en cétones". Dans ce schéma, l’insuline n’intervient pas ou peu. Et voici de l’énergie sans pour autant provoquer la faim. En fait moins l’on mange, moins l’on a faim. Et moins l’on mange de sucre, moins on en a envie, c’est chimique !

Pour passer à ce modèle d’alimentation, on peut alors tenter le jeûne intermittent ou une cure céto. Les effets sont véritablement étonnants, et pas seulement sur le poids mais aussi sur le bien-être et la santé.