« What Binds Us », une série de clichés dérangeants sur la réalité vécue par de nombreuses femmes dans le milieu professionnel.

Malgré les avancées dans l’égalité des sexes, de nombreuses femmes souffrent encore du sexisme sur leur lieu de travail.

Kelsey Higley, une Américaine, a réalisé une série d’autoportraits assez dérangeants où l’on voit divers visages féminins muselés de façon choquante. Une femme d'affaires, une ouvrière, une ingénieure et une serveuse posent dans leur cadre professionel, le regard planté dans celui du spectateur. La bouche est invisible, cachée par une muselière, un instrument de torture employé au Moyen Âge. « Ce dispositif médiéval était utilisé pour punir par la honte les femmes qui étaient jugées commères, trop franches ou gênantes. Elle ressemble à une cage de métal, qui serait fixée autour de la tête d'une femme avec un morceau inséré dans sa bouche, souvent aiguisée ou couverte de pointes pour infliger une douleur si elle essayait de parler », explique l’artiste sur son site.

Par le biais de ses clichés, elle souhaite lier le passé et le présent, en mettant cette muselière dans les espaces de travail « pour créer une comparaison entre les idéaux médiévaux et les attentes sociétales modernes pour la gent féminine au sein du milieu du travail ». Elle montre ainsi comment le sexisme peut bâilloner certaines femmes.

La photographe explique qu’elle s’est concentrée spécifiquement sur le monde professionnel où les femmes doivent toujours se battre. « J'ai une colocataire qui prépare son diplôme en génie informatique et l'autre jour, elle m'a dit qu'elle était la seule fille dans son laboratoire de conception numérique. J'ai été plusieurs fois témoin du harcèlement sexuel qui a lieu dans l'industrie des services alimentaires. Je suis allée à des conférences de presse où l'intervenant ignore en permanence les journalistes femmes tandis qu'il répond aux questions posées par des hommes. Ma mère a travaillé dans la construction avant ma naissance et m'a raconté des tas d'histoires sur la façon dont les hommes l'ont discréditée simplement à cause de son sexe. Je suis fatiguée de cette mentalité désuète dans laquelle nous restons coincés lorsque les femmes prennent part à la population active », relate-elle au site HelloGiggles , rapporte terrafemina.com.

Pour réaliser son projet nommé « What Binds Us » [ « Ce qui nous lie » ], la jeune femme a été confrontée à la méfiance et au refus des propriétaires des endroits où elle a pris les photos.

Toutefois, son travail a suscité plus de bonnes critiques que de mauvaises. De nombreuses personnes l’ont encouragée. D’autres lui ont dit qu’ils ne comprennent pas son concept et refusent de croire qu’il est pertinent. « Mais ce genre de réactions est à prévoir quand on partage quelque chose en ligne », conclut l’artiste.

Pour en savoir plus, allez sur son site.


© http://www.kelseyhigley.com



© http://www.kelseyhigley.com



© Kelsey Higley