Magazine La solitude est peut-être le mal de ce siècle malgré Internet et les moyens de communication modernes. Maintes personnes se sentent isolées dans un environnement où les repères d’antan comme la famille ou la solidarité ne sont plus. Pour pallier ce manque, des Américains ont inventé un concept original : les cuddle-parties. Celles-ci sont des “soirées câlins” réservées aux adultes.

Pendant quelques heures, les gens sont invités à se toucher, à se blottir l’un contre l’autre et à se donner de la tendresse. “Ce n’est pas une activité à caractère sexuel ni même érotique. Il convient de respecter les limites de chacun, c’est donc assez codifié”, explique Jérémy Royaux, psychothérapeute. En effet, Reid Mihalko et Marcia Baczynski, les créateurs, ont établi des règles très strictes. Le sexe, les baisers, les caresses suggestives et les vêtements sexy sont interdits.

Malgré ces restrictions, ces évènements “vont un peu à l’encontre d’un certain tabou : dans nos sociétés, le contact physique prolongé est réservé aux relations entre parents et enfants ainsi qu’au couple. Pourtant, ce besoin est présent chez chacun. Je reçois régulièrement des hommes ou des femmes lors de mes consultations qui me disent souffrir de ce manque. Certains sont pourtant en couple. Au final, si on peut se réjouir des nouvelles initiatives qui voient le jour pour combattre cette solitude, on est quand même amené à constater que l’individu se sent de plus en plus seul, ce qui est assez inquiétant”, continue M. Royaux. Cette “thérapie” par l’affection peut sembler saugrenue voire sectaire aux yeux de certains.

Cependant, “le besoin d’être touché a toujours été important pour l’homme. Nous savons par exemple que les bébés qui ne reçoivent pas d’affection et grandissent sans être touchés gardent des séquelles psychologiques graves : certains deviennent des enfants autistes, d’autres se laissent mourir”, termine le psychothérapeute.

Une manière ludique donc de (re)créer un lien affectif, prenant le pas sur un monde égoïste et aseptisé.