Ils ne remporteront peut-être pas de nombreuses voix, mais qu'à cela ne tienne, ils auront au moins amusé les électeurs. Die Partei, "Le Parti" en français, va tenter de bousculer le paysage politique allemand lors des prochaines élections législatives, le 22 septembre prochain. Les membres espèrent que les 13 propositions loufoques que contient leur programme feront bouger les choses.

Ils proposent notamment la construction d'un mur tout autour de leur pays afin de se prévenir de la mondialisation. Autre proposition qui devrait peut-être attirer quelques électeurs, c'est la fin de l'heure d'été. Les Allemands pourraient dès lors dormir plus. Les bagarres dans les pubs, ce sera fini! Du moins entre les étrangers. Interdiction ferme pour les touristes étrangers de se bagarrer dans les cafés.

Les multinationales sont également dans le viseur de Die Partei. Ce dernier souhaite mettre fin à la facilité pour les grandes entreprises de passer entre les mailles du filet et de payer moins d'impôts. Il veut donc instaurer un système fiscal encore un peu plus compliqué.

Mais le parti ne s'arrête pas là. S'ils sont élus, les membres du parti n'autoriseront le droit de vote qu'aux personnes âgées entre 12 et 52 ans. Le parti s'est en effet rendu compte qu'il avait davantage de soutien de la part des jeunes, plutôt que les retraités. une manière de faire le tri dans ses électeurs en somme.

Les grands patrons en prendront également pour leur grade: ils ne toucheront qu'un salaire 25.000 fois supérieur à celui de leurs employés. La fracturation hydraulique devra être utilisée. Cependant, elle ne le sera qu'au sein du ministère de l'Environnement afin de libérer les "énormes ressources énergétiques" qu'il contient.

Die Partei propose également une solution aux problèmes démographiques: réduire à dix ans la fin de la scolarité. Il fera également participer l'électeur avec une collecte publique dont la somme de 5 millions aura pour but de payer la déconstruction du palais royal de Berlin, pour l'instant en construction, afin d'y reconstruire le Parlement de RDA.

Le parti souhaite aussi supprimer deux chaines télévisées publiques allemandes et exige que les redevances payées par les propriétaires de téléviseurs soient remboursées.

Le président de Die Partei, Martin Sonneborn, le reconnaît, son programme n'est pas sérieux et a peu de chance, "mais la femme en face de nous (ndlr, Angela Merkel) défend encore moins d'idées que nous et cela veut dire beaucoup". Et pour continuer dans la droite ligne de son programme loufoque, le président conseille à ses membres de porter des "costumes gris C&A facturés 49 euros"

Die Partei arrivera-t-il à bousculer le paysage politique allemand? La réponse dans quelques semaines…