Avant la crise, seuls 2 % des Belges y participaient. Ce chiffre est passé à 18 %.

Si les différentes applications nous ont permis de rester en contact avec nos proches, elles ont aussi créé l’émergence d’un nouveau phénomène : les apéros virtuels. Le concept ? Passer des appels vidéo avec des amis tout en buvant un verre ou en mangeant un bout. "D’après notre étude, on constate que près de dix fois plus de personnes (18 %) ont été initiées aux "e-peritifs" pour la première fois" , indique Coralie Miserque, porte-parole de Telenet. D’ailleurs, avant la crise, seuls 2 % des Belges assistaient à ce genre d’apéritif virtuel.

En outre, d’après l’enquête réalisée par Telenet, plus d’une personne sur cinq (24 %) a pu poursuivre ses loisirs pendant le confinement grâce à Internet. Par exemple, 10 % ont suivi des réunions en ligne pour les associations dans lesquelles ils sont actifs, alors que 4 % le faisaient auparavant.

Quelques possibles nouveautés : 5 % indiquent faire du fitness en ligne et 4 % suivent des répétitions ou des cours de musique, de danse ou de théâtre en ligne.

Côté fréquentation sur le web, elle a logiquement explosé. 64 % des personnes interrogées ont indiqué qu’elles passaient plus de temps en ligne. En moyenne, ils y passent cinq heures par jour. Les 18 à 34 ans sont ceux qui passent le plus de temps en ligne, soit sept heures.

13 % ont même acheté des écrans ou des services de données supplémentaires. "Cette étude quantifie certaines des tendances que nous avons observées. Elle montre aussi clairement que nous nous sommes connectés massivement en ligne pour parler entre nous. La moitié (51 %) des personnes interrogées déclare qu’en raison de la crise, elles réalisent plus que jamais l’importance d’Internet dans leur vie."