Des étudiantes dont le stage a été arrêté, des élèves de secondaire à l'aise avec les enfants proposent en masse surFfacebook leurs services. Avec humanité et pour une solidarité... qui sera difficile à tenir sur le long terme, estime la Ligue des Familles.

La situation est inédite, inconnue, jamais vue : les écoles sont fermées jusqu'au 3 avril, les parents se questionnent, entre télé-travail, solidarité entre parents d'élèves, enfants plus grands gardant les plus petits, vont-ils réussir à établir une garde à la maison durant près de trois semaines ?

En attendant, on voit arriver sur Facebook, le réseau social qui relie aussi bien les jeunes que les moins jeunes, un nombre considérable de propositions de baby-sitting, à l'exemple de Sarah, une jeune fille très décidée qui propose "un service babysitting pour les mamans/papas qui se trouve dans l'obligation de travailler durant ces 3 semaines ! Je suis disponible 7j/7 24h/24. Je garde très souvent les enfants de ma soeur donc j'ai l'habitude !"

Lou-Ann a publié aujourd'hui un avis aux parents sur FB. Il est clair et rassurant : cette jeune éducatrice spécialisée de 20 ans qui était en stage en maison de repos et de soins a été écartée suite à la pandémie. Elle a directement pensé à se rendre disponible pour les parents ayant des difficultés de garde pour leurs enfants. "Je fais du baby-sitting depuis que j'ai 14 ans et si j'ai arrêté ces derniers temps avec mes études, je suis encore bien dedans avec mon cursus".

Prix baissés pour aider

La jeune femme a voulu aider les gens, c'est aussi simple que ça, pour elle, c'est une question de citoyenneté, elle prévient même que ses prix seront baissés pour aider le plus grand nombre. Et elle est outillée pour occuper les journée : "On va colorier, prendre l'air, faire des ateliers danses, du bricolage de la photo. Et des jeux de société aussi, ils aiment beaucoup ça les enfants !", énumère Lou-Ann qui n'oublie pas ce qui est à l'ordre du jour depuis des semaines : les règles d'hygiène, bien se laver les mains. Mais aussi rassurer les enfants...

Et sur la page facebook Baby-sitting Belgique, les annonces s'accumulent avec en fil rouge, une belle solidarité : Elfie assure qu'elle peut se déplacer "à St-Gilles, Molenbeek-Saint-Jean, Ixelles, Watermael-Boitsfort, Etterbeek, Auderghem et Evere".

La Ligue des Familles agit

Damien Kremer, de la Ligue des Familles explique que l'association incite vivement ses baby-sitters à mettre à jour leurs disponibilités. "Mais nous estimons que c'est une solution temporaire, à long terme ce n'est pas tenable : faire garder trois semaines ses enfants en baby-sitting, c'est impayable".

Ajoutons que légalement, le baby-sitting est limité à 8h/semaine par baby-sitter, même si le responsable de la communication assure qu'il "ne peut pas imaginer qu'on puisse verbaliser alors que la demande est impérieuse". La Ligue des Familles entend agir pour obtenir des "congés exceptionnels" pour les parents en difficulté de garde.