Certaines femmes complexées se sentent réellement mieux lorsqu'elles parviennent à perdre quelques kilos, mais ce n'est pas le cas pour toutes.


La blogueuse française Elykilleuse explique que la quête de minceur ne conduit pas forcément au bonheur. Pour ce faire, elle a posté deux photos d'elle : l'une datant de l'époque où elle faisait régime, l'autre après qu'elle ait arrêté.

"La Ely de gauche n'était jamais assez, assez mince, assez heureuse elle en voulait toujours plus. Elle n'a pas su apprécier ce qu'elle avait à force de lorgner sur le cul de la voisine. La Ely de droite avance plus sereinement, elle sait apprécier chaque évolution, et maintenant c'est sur son propre booty rebondi quelle lorgne avec plaisir", écrit la blogueuse sur son compte Instagram.

La jeune femme devait en effet surveiller son alimentation en toutes circonstances et se faisait rarement plaisir. "J'ai arrêté de baver (et ruminer) face au burger frites de mon mec, j'ai arrêté de lui en vouloir de me tenter".

Après avoir pris 5 kilos, la jeune femme s'est rendue compte qu'elle était beaucoup plus heureuse de cette manière. "J'ai mangé, j'ai continué le sport, j'ai même intensifié mes séances, et je me suis fait plaisir, j'ai arrêté au resto de mettre une heure à réfléchir entre "oh Bordel le Burger donne envie" mais "c'est pas bien, je dois faire attention" "je vais prendre une salade avec sauce à part, sans lardons, sans fromage et sans pain, Merci"


Dans un autre post, elle raconte à quel point elle désirait atteindre un poids dont le nombre commencerait par "6". Celle qui était montée à 83 kilos était obsédée par cet objectif. Et lorsqu'elle a atteint les 66 kilos, elle a continué à baisser, baisser, jusqu'à remonter à 71kg. "Depuis que j'ai décidé de m'aimer, depuis que je fais du sport par plaisir, depuis que je mange selon mes sensations de faim et de satiété, et bien je fais 71kg". Un poids qui lui convient tout à fait.

La jeune femme est convaincue d'avoir atteint le "setpoint", c'est-à-dire le poids fait pour son corps, le poids qu'elle fait naturellement, sans se priver. Certes, elle continue le sport et la musculation mais uniquement quand elle en a envie, par plaisir. 

"Vous avez le droit d'être heureuse comme vous êtes", conclut la jeune fille dont le récit a été abondamment liké.