A seulement une bonne heure de route de Bruxelles se dessinent les chatoyants polders du sud des Pays-Bas. Une région apaisante que l’on vous fait découvrir en motor-home. En route pour un un roadtrip au pays des tulipes.

Avouons-le d’emblée, tester sa maison mobile au pays du vélo a quelque chose de paradoxal. Cette confession délivre aussi un petit conseil à ceux qui seraient tentés par l’aventure : emmener les vélos, élémentaires pour circuler une fois l’engin à moteur gentiment garé. La destination n’en est pas moins fascinante et le réseau routier aussi bien développé que les itinéraires cyclables, c’est dire. Et quand on a que quelques jours de vacances devant soi, la Zélande permet de prendre l’air, sans trop faire de kilomètres.

© M.L

La Zélande est façonnée par le delta de trois grands fleuves : le Rhin, la Meuse et l’Escaut. Les touristes apprécieront ses plages à perte de vue, accessibles à pied ou en deux roues et qui semblent avoir résisté -contrairement à la Côte belge- aux ravages de l’urbanisme. Petites villes typiques, vieux ports et moulins composent aussi cette région proche mais tellement dépaysante.

Se mettre au Veere

Le Walcheren, premier des trois îlots qui composent la province de Zélande, recense quelques jolies stations balnéaires (Domburg, Westkapelle,…). La plus charmante d’entre elles est probablement Veere . La seule rue qui y mène est bordée de chênes tortueux. Une demi-heure suffira pour faire le tour de cette petite commune, aux ruelles pavées et aux maisons typiques, toits en escaliers et rideaux de dentelles aux fenêtres. Zo schattig ! On se croirait presque dans la Hollande des primitifs flamands...

© M.L

Veere est le point de départ de plusieurs circuits cyclables balisés, fléchés. De 10 à 50 kilomètres- c’est ici qu’il faut rappeler que les Pays-Bas sont plats- vous conduisent de village en village, en passant par les digues, les dunes ou les polders. De retour, on se réjouira de goûter aux bonbons d’une confiserie d’antan ou de flâner en bord de mer.

© REPORTERS

Middelbourg, la flamboyante

Chef-lieu de la province, cette bourgade rassure: il n’y a pas que des pensionnés heureux sur leur bicyclette en Zélande. Ville très vivante et commerciale entourée de canaux, Middlebourg a gardé les traces de son passé colonial, lorsqu’elle était, comme Delft, l’un des sièges de la Compagnie néerlandaises des Indes Orientales. A ne pas rater : l'hôtel de ville, construit au XVIème siècle, l'un des plus beaux exemples du courant architectural gothique flamboyant.

Direction la 8ème merveille du monde

En quittant l’île de Walcheren vers le nord, la route – qui n’a jamais été aussi droite- vous conduit au Barrage de l’Escaut Oriental , long de de trois kilomètres, c’est la plus grande barrière anti-tempête au monde qui lui vaut le surnom de « huitième merveille du monde » . L’impression de « rouler sur l’eau » est saisissante qu’on oserait presque se prendre pour Moïse mais... au volant d’un 3,5 tonnes.

© Flickr c.c

Ce fameux barrage également appelé Plan Delta est le symbole néerlandais par excellence de la lutte contre l’eau, un chantier titanesque entamé quelques années après les terribles inondations de 1953 qui ont causé la mort de plus de 1 800 personnes. En passant sur cette structure titanesque, vous traversez alors l’ile artificielle de Neeltje Jans où siègent L’expo Haringvliet et le Deltapark, histoire de découvrir les étapes de ce chantier de 30 ans et de s’imprégner pleinement de ce spot magique.

Faire la moule… en Zélande!

Passé le majestueux ouvrage de l’ Oosterscheldekering , l’île de Schouwen-Duiveland s’offre à vous. Et si la météo ne se révèle point capricieuse, le village de Renesse est la destination à privilégier pour étayer son bronzage. Plus de 17 kilomètres de plages gracieuses entourent cette cité balnéaire, certes moins authentique que certaines de ses consœurs, mais qui constitue, malgré tout, une étape appréciable.

© REPORTERS

A l’est de l’îlot, vous apercevrez son chef-lieu : Zierikzee. La ville de plus de 10.000 habitants conserve les strates de sa prospérité Durant le Moyen Âge. Pour preuve les remparts et portes qui l’entourent –on vous conseille de garer le camping-car en périphérie, c’est plus prudent- renferment un port, un hôtel de ville et des moulins somptueux.

© REPORTERS

Toujours plus au nord

La ville fortifiée de Hellevoetsluis est généralement encore indiquée tout au nord sur les cartes de Zélande. Pourtant, elle appartient à la Province de Hollande méridionale. Mais tant mieux car la visite vaut la peine. A l’instar d’autres bourgades hollandaises, Hellevoetsluis est constituée d’une vieille ville et d’une nouvelle ville.

C’est bien à la première qu’il faut s’attarder. Situé à l’embouchure de la Meuse et du Rhin, ce port a, durant plusieurs siècles, abrité les plus belles flottes. Et les yachts qui y sont accostés témoignent qu’Hellevoetsluis, aujourd’hui l’un des plus grands ports de plaisance des Pays-Bas, a gardé cette réputation.

Pour y passer la nuit, on vous conseille de poser le véhicule près de la strand où le coucher de soleil qui s’articule entre les éoliennes est fascinant.

© M.L

Les éternelles interrogations que suscite le motor-home (modèle : Genesis 56)

- Ca consomme beaucoup ?

Entre 10 et 12 l/100 km. Et ce, en roulant à une moyenne de 50 km/h sur les petites routes, 70/80 km/h sur les nationales et 120 km/h sur les autoroutes.

- Qu’en est-il de l’autonomie en eau et électricité ?

Avec son réservoir de 140 litres, le Genesis permet d’être autonome en eau (vaisselle + douches) pendant 2 voire 3 jours pour deux personnes.

Concernant l’électricité, le frigo se recharge sur la batterie du véhicule en roulant et à l’arrêt, au gaz ou via un branchement à un générateur de 220 volts. Sans arrêt dans un camping, il est possible de tenir deux jours en autonomie complète.

-C’est confort ?

A quatre, capacité de lit du Genesis 56, il faudra être organisé pour ne pas se marcher dessus. A deux, c'est tout confort, à condition de ne pas être trop désordonné. Ne laissez rien traîner sur la table et fermez bien les portes des armoires, au moindre tournant, vos vêtements et votre vaisselle pourraient se retrouver à l'autre bout du mobil-home.

- Et pour se garer ?

Avec ses 6, 69 mètres de long, 2,89m de haut et 2,35m de large, le Genesis 56 se révèle certes un peu compliqué à parquer dans les centre-ville. Il faut également prendre garde aux angles morts et aux turbulences sur les autoroutes pour mais le véhicule ne requiert pas de permis particulier et après l’avoir apprivoisé, il se montre assez docile à piloter.

-Derniers détails :

Prenez de la musique... Elle augmente les sensations sur la route. Dites bonjour aux motor-homes que vous croisez, comme les routiers le font entre eux.


DORMIR

Si vous n’êtes pas friands des aires pour mobile home, les campings sont très nombreux en Zélande. Le bon plan : les mini-campings. Il s’agit souvent d’un terrain à proximité d’une ferme, avec les installations de base (toilettes, douche), dont le prix ne dépassera jamais les 20euros. Qui dit ferme, dits bons produits, qu’il est possible dans certains mini-campings, de se faire livrer.

MANGER

Des moules évidemment ou autres délices de la mer, huîtres, homards,… ! Les estomacs plus acidulés se tourneront vers les boterbabbelaars, petits bonbons au beurre qui font la fierté des Zélandais ou les Bolus, gros beignets que les Zélandais accompagnent d’un café sur le coup des seize heures.

INFOS

-Chez SA Cap Horizon, 2 avenue de la Forêt à 1050 Bruxelles, la location de motor-homes varie entre 640 et 1090€ pour une semaine (+ compter une caution de 1200€).

http://www.caphorizon.be/

-Le Salon Mobicar se déroulera, du 11 au 19 octobre, de 11h à 18h à Brussels Expo. www.mobicar.be