L’argent ne fait pas le bonheur. En tout cas pas très longtemps dans le cas de Colin Weir. 

Cet Ecossais de 71 ans a fait partie des rares chanceux à avoir décroché le jackpot à l’Euromillions. Un chèque de plus de 180 millions d’euros qui lui avait permis, outre d’améliorer notoirement son quotidien, de défendre les causes qui lui tenaient à cœur et même d’acheter le club de football de son cœur Partick Thistle. Cinq semaines après être devenu propriétaire de cette équipe de D2 écossaise qui a jadis disputé des coupes d’Europe, il est décédé.

L’histoire était sans doute trop belle. Elle finit mal avec la disparition de Colin Weir. Pourtant, le conte de fées avait débuté en 2011 avec ce gain historique (le 5e plus important de tous les temps) à l’Euromillions du couple Colin et Christine Weir. Ils avaient d’ailleurs posé fièrement avec le chèque de 160 millions de livres soir plus de 180 millions d’euros.

Parmi les causes qu’ils ont voulu soutenir, l’indépendance de l’Ecosse. Avec leur argent, ils avaient financé la campagne du référendum en 2014. Fan de football, Colin avait également décidé d’aider le club de son cœur Partick Thistle actuellement en D2. Après avoir offert 3 millions d’euros pour permettre au club d’être propriétaire de son stade de Firhill et 8 pour l’érection d’un terrain d’entraînement, il avait encore franchi récemment un pas. Devant le probable achat du club par un consortium étranger, il avait décidé d’acquérir 55% des parts de Partick Thistle. Mieux, après en être devenu le propriétaire, il avait choisi de remettre le club dans les mains d’un groupe de supporters. La transaction devait avoir lieu avant le 30 mars 2020. Elle devrait être effectuée même si, vendredi après avoir combattu une maladie, Colin Weir est décédé à l’âge de 71 ans. Après 38 ans de mariage, il avait divorcé de Christine en avril dernier. L’argent ne fait pas (toujours) le bonheur.