Un témoignage de "France".

Je peux dire qu’à une époque de ma vie, je n’avais pas d’estime de moi-même et je me comparais beaucoup aux autres. Les personnes autour de moi semblaient toujours mieux que moi. Je me sentais constamment menacée par les autres, car j’avais peur de ne pas être aimée.

Alors, il m’a fallu survivre à cet état d’âme en fuyant ma propre vie ou plutôt mon mal de vivre par des dépendances de toutes sortes, dont l’alcool et la drogue, ce qui a contribué à me sentir encore plus médiocre.

Je vivais à travers le regard des autres, tous ces regards me disaient si j’étais correct ou non. Je peux vous dire que je me sentais souvent très moche comparativement aux autres. J’étais à la merci de tous ces non-dits que j’interprétais selon mes perceptions, qui je peux dire, étaient très négatives envers moi-même.

Lorsque nous nous sentons inférieurs aux autres, nous avons besoin des gens pour élever notre niveau d’estime. Nous jugeons donc les personnes que nous côtoyons et nous faisons l’étalage de leurs défauts et défaillances dans le but d’élever notre propre estime personnelle. Nous entrons dans la vie des gens, de leurs histoires, car la nôtre est un film d’horreur puisque dépourvue d’amour de soi.

Nous mettons notre vie en veilleuse afin de ne pas sentir ce grand vide qui nous habite et qui nous pousse à fuir. Nous allons même jusqu’à vouloir contrôler la vie des autres en imposant notre vision quant à l’éducation de leurs enfants et la façon dont ils devraient mener leur vie. Pourtant nous aurions tout avantage à faire du ménage dans notre propre jardin avant de mettre notre nez dans celui de notre voisin.

Dans cet état de non-amour de soi, nous n’avons aucun pouvoir sur notre vie puisque nous vivons en fonction des autres, en fonction de leurs opinions et aussi des stéréotypes que la société nous miroite par des images de perfection que nous voulons atteindre afin de pouvoir nous sentir comblés. Cette image est par contre hors de portée puisqu’elle ne reflète pas la réalité de qui nous sommes. Nous nous retrouverons toujours insatisfaits et frustrés, car nous voulons atteindre un idéal fabriqué par notre égo qui est en quête de pouvoir et de prestige. Plus nous voulons être une autre personne que nous-mêmes, plus nous perdons le contrôle de notre vie et plus nous donnons le pouvoir aux autres de contrôler la nôtre et particulièrement notre état intérieur.

Oui, parce que nous devenons des êtres extrêmement influençables et vulnérables, car nous établissons notre valeur en fonction de ces regards d’approbation. Nous n’acceptons nullement qui nous sommes.

Pour ma part, j’ai beaucoup souffert de ne pas m’aimer en ne m’acceptant pas et en voulant ressembler à une autre personne que moi-même, que ce soit physiquement ou dans ma façon d’être ou de parler. J’enviais les autres, car ils semblaient avoir tout pour eux : la beauté, l’intelligence, la confiance en eux, etc.

Tout cela m’a éloigné de moi-même. Je voulais que ma vie soit comme je l’imaginais dans ma tête en étant cette personne que je n’étais pas et avec le physique que je n’avais pas au lieu d’accepter ma réalité.

Je vivais à l’extérieur de ma vie, je ne savais pas ce que je voulais créer dans ma vie et qu’elles étaient vraiment mes aspirations. Ce qui importait était ce que les autres voulaient que je sois afin de me sentir comme eux. Imaginez le pouvoir que je leur laissais.

Je peux dire, avec le recul, que le plus beau cadeau que nous puissions nous faire est de cesser de fuir notre vie et de la VIVRE. Accepter qui nous sommes dans notre intégralité et nos imperfections.

Il est important d’utiliser notre pouvoir de choisir, mais pour cela nous devons retrouver notre estime en nous témoignant de l’amour par l’acceptation totale et sans réserve de tout ce que compose notre vie en incluant nous-mêmes. Cesser de donner de l’importance à ce que les autres pensent ou disent de nous. De cette façon nous leur enlevons le pouvoir que nous leur avions donné jadis.

Vivre ma vie aujourd’hui est un grand bonheur, je n’ai plus besoin de fuir puisque mon estime ne se trouve plus à travers le regard des autres, mais plutôt à travers la joie que j’ai maintenant à profiter de mon voyage sur cette belle planète, car elle a une date d’expiration. Je n’ai plus de temps à perdre à vivre une vie qui ne m’appartient pas. J’aime mieux accompagner les gens dans leur voyage au lieu de les envier ou de vouloir leur prouver ma valeur en étant dans leurs souliers.

Si vous m’aviez dit, il y a quelques années, que j’atteindrais un bien-être en cette vie, je ne vous aurais pas cru. Ma vie se déroulait sans que je puisse en avoir le pouvoir puisque j’étais trop perturbée par l’opinion que les gens pouvaient avoir de moi, qui finalement était une projection de ce que je pensais de moi-même.

Vouloir vivre une autre vie que la sienne, c’est se perdre dans le néant et se priver de l’amour puisque notre cœur est fermé à soi-même donc à toutes manifestations d’amour. Il est donc mieux d’apprendre à vivre avec ce que l’on a et de l’apprécier tout simplement.

Aujourd’hui je me vois comme un cadeau que j’offre au monde par l’être unique que je suis et que vous êtes également et soyez-en fiers!

Alors, gardez le pouvoir sur votre vie et offrez ce que vous avez de plus beau… VOUS-MÊME!


Découvrez notre dossier complet dans le supplément Quid de ce samedi.