Nos amis les fantômes

© D.R

Bienvenue dans le monde mystérieux des manoirs et autres châteaux hantés. Partout, vous croiserez des fantômes, que vous inviterez poliment à s’installer dans vos propriétés. Car le but de ce jeu d’enchères est là : réunir le maximum de ces étranges créatures dans vos salons. Le jeu se joue en dix manches et est des plus simples.

On a testé. La mise en place est extrêmement simple – Raphaël, 8 ans, nous a fait ça en trois minutes chrono – et les règles pas bien plus compliquées. Ce qui permet de se lancer fissa dans l’aventure. L’univers est plutôt étonnant – car un peu effrayant – pour un jeu destiné aux plus jeunes, mais ils prennent très vite un plaisir fou à surenchérir pour rafler la mise et constituer leur petit patrimoine. Certaines cartes offrent des pouvoirs spéciaux (gardez donc les règles de jeu près de vous) mais, dans l’ensemble, tout est plutôt simple (si on mise la carte la plus élevée, on remporte le jeton, votre adversaire la carte bonus). Avec un peu de tactique et un joli sens du bluff, les parties se déroulent rapidement, grâce, notamment, à la lisibilité des icônes. Les illustrations, quant à elles, sont jolies, et permettent une immersion immédiate dans le monde de “Rest in peace”.

--> Rest in Peace (Blue Coker), 8 ans et +, 2 joueurs, 15 à 30 minutes, 15€

Aux quatre coins du monde

© D.R

Venise, centre du monde. Ou, à tout le moins, centre de Lost Explorers, puisque c’est là que tout commence. Votre but : réunir des indices, qui vous permettront, au final, de découvrir l’entrée d’un monde perdu. Le premier qui a rassemblé ses quatre indices (des petits jetons qui s’assemblent façon puzzle) additionne les chiffres et, en scannant un QR Code (mais ce n’est pas obligatoire) on découvre l’endroit mystère (qui se trouve aussi dans le livret de règles). Grande muraille, Taj Mahal, c’est parti pour la découverte des merveilles des cinq continents…

On a testé : L’installation est des plus pratiques puisqu’il suffit d’ouvrir la boîte pour que le plateau se déplie et que les petites “échelles” sur lesquelles progressent les explorateurs se dévoilent aux joueurs. À chaque tour, on pioche un jeton et soit on utilise le recto (moyen de transport) soit le verso (lieux, mission à réaliser pour collecter des indices). En fonction du nombre d’explorateurs que l’on place sur la “grille de départ”, on choisit le jeton qui nous sera le plus utile (on les reconnaît grâce à la leur tranche colorée). Si ce jeu familial offre des petits aspects didactiques (notamment sur la géographie, les monuments), le sujet lui-même n’est pas forcément très présent au fil du jeu et le sujet (l’exploration) manque un peu d’originalité puisqu’il a déjà été traité d’innombrables fois.

--> Lost Explorers (Ludonaute), 10 ans et +, 2 à 4 joueurs, 30 à 60 minutes, 25€

Course coup de cœur

© D.R

Ce sont des joueurs aguerris qui nous l’ont confié : rien qu’en ouvrant la boîte, on se dit “waow”. Car le thème – une course qui doit vous mener du nord au sud (ou l’inverse) de l’Afrique ou de l’Amérique du Sud (soit quatre possibilités) – est décliné dans chaque détail, chaque carte, chaque billet de banque. Nous sommes dans les années 30, quand on s’affrontait dans des courses d’auto-chenilles (qui ont vraiment existé), popularisées par André Citroën. On progresse grâce à des tuiles que l’on pose sur la carte et sur lesquelles on vient poser son véhicule. Mais attention : il faut en permanence vérifier son niveau d’essence, l’état de sa carrosserie et celui de ses finances. Bref, il faut, à chaque instant, anticiper, sous peine de vous retrouver en panne sèche ou le moteur en bouillie.

On a testé : The Great Race est un jeu très tactique car il faut toujours avoir à l’œil une multitude de détails, ne pas se laisser doubler (c’est une course entre nations, dont… la Belgique), mijoter des mauvais coups (en plaçant sur le plateau des tuiles qui vont embêter vos concurrents), sans oublier qu’il vous faut progresser. Évidemment, il y a une part de hasard (dans les tuiles et les cartes bonus que l’on pioche) mais encore faut-il savoir en tirer le meilleur parti. Des petites cartes rappelant les actions à effectuer à chaque tour de jeu sont également distribuées en début de partie. Et d’autres, reprenant les “pouvoirs spéciaux” de certaines tuiles sont disponibles comme aide-mémoire. Un jeu très tactique mais que les vrais mordus apprécieront sans modération.

--> The Great Race (Platypus Games), 14 ans et +, 2 à 4 joueurs, 30 à 60 minutes, 49,99€