En matière de sexualité, les femmes sont aujourd’hui bien plus libres et épanouies que leurs aînées. Pourtant, à la question “Alors, heureuse ?“, une majorité d’entre elles resterait sans voix. Philippe Brenot, psychiatre et sexologue, a interrogé plus de 3 000 Françaises sur leur rapport au plaisir : 76,8% d’entre elles seraient insatisfaites.

Égaux face à l’orgasme ?

Ce résultat contraste avec l’assertion que les femmes sont aujourd’hui beaucoup plus décomplexées vis-à-vis de leur sexualité. Il montre également que, sous la couette, les hommes et les femmes ne sont pas sur le même pied d’égalité. Ainsi, si l’orgasme est quasi systématiquement atteint par les hommes (dans plus de 90% des relations sexuelles), il ne l’est systématiquement que par… 16% des femmes.

En outre, cette asymétrie du plaisir entre les deux sexes commencerait dès le premier rapport : ”La première fois, 40% des femmes sont extrêmement déçues. Beaucoup de filles racontent qu’elles en ont pleuré et certaines en resteront marquées toute leur vie“, ajoute Philippe Brenot dans une interview accordée à Atlantico.

La masturbation, clé du plaisir !

Pour autant, il serait trop facile d’en conclure que les Français sont de piètres amants. Qu’ils se rassurent ! ”Les orgasmes masculins et féminins n’ont aucun rapport entre eux”, soutient le sexologue. Selon lui, cette différence tient au fait que la sexualité n’est pas naturelle, au contraire, au même titre que la règle de trois, elle doit s’apprendre.

L’éducation à la sexualité et l’apprentissage de son corps passent inévitablement par l’auto-érotisme et la masturbation : “Pourquoi plus de la moitié des femmes ont du mal à avoir la sexualité qui leur correspond ? Parce qu’elle ne se touchent pas ou très peu de fois“, explique Philippe Brenot. Son enquête révèle, en effet, que 44% des femmes qui pratiquent régulièrement la masturbation s’épanouissent dans leurs relations sexuelles.

Sachant qu’il y a 40 ans, seul 19% des femmes confiaient pratiquer l’auto-érotisme contre 68% aujourd’hui, le chemin parcouru est déjà impressionnant ! La masturbation n’est pas le seul facteur qui explique l’insatisfaction des Françaises mais, pour le sexologue, elle reste une des clés fondamentales du plaisir.